Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 11:15

     Les peintres ont eu des épouses mais aussi des muses et des modèles pour leur permettre d'exprimer leur art. Du moins, pour ceux qui représentaient sur leur toiles des personnages féminins qui en étaient le sujet central. On ne voit pas par contre de l'utilité pour un peintre paysagiste ou un peintre abstrait d'avoir un modèle en chair et en os dans son atelier. Le cubisme ou le surréalisme préfèrent les formes géométriques à celles généreuses que l'on rencontre dans les toiles de Rubens (Venus devant son miroir, Les trois grâces), Goya (La maja nue) ou Velasquez (La Vénus au Miroir). La relation n'est cependant pas aussi simple. Ainsi Picasso, l'un des grands peintres de ce XXième siècle avait aussi recours à des modèles réels, des muses énergisantes avant de les déformer au travers de sa vision particulière de la représentation.

     Et ce qui est vrai pour un peintre connu comme Picasso l'a été pour bien d'autres peintres. Le modèle dans l'atelier de peintre est apparemment nécessaire à la sérénité et à l'inspiration si ce n'est à la concentration. Si cette relation est bien réelle pourquoi n'en aurait-il pas été de même en cette période de bouleversement artisitique et culturel de la fin du XIXème siècle. L'impressionnisme avait bien balayé les modes habituels de représentation en jouant sur les lumières. Mais les codes, les fondements qui marquent la pérennité de l'art ont la vie dure. 

     C'est la raison pour laquelle on ne doit pas s'étonner que Paul PARFONRY, celui qu'on a qualifié de petit peintre des intérieurs bourgeois du XVIIIème siècle, a eu aussi besoin d'un modèle. A t-elle joué le rôle d'une muse, rien ne peut l'attester.  Il n'y avait probablement pas de miroir dans son atelier de la rue Jouffroy, sans doute un simple paravent qu'il a d'ailleurs représenté sur plusieurs de ses toiles.

     Ce modèle porte même un nom. Elle s'appelle Berthe MADELEINE. On la découvre sur le site1 du peintre Ernest RENOUX 2, dont elle était l'épouse depuis l'année 1895. Il parait même qu'elle était très connue dans le milieu mondain et artistique de l'époque pour sa chevelure d'un superbe blond vénitien3 qui plaisait aux peintres. Rien à voir dans ce cas avec les grâces généreuses qui remplissaient les toiles entre les XVIème et XVIIIème siècles.

     Si Berthe MADELEINE a été juste un modèle et non une muse pour Paul PARFONRY, elle en a néanmoins conservé " un souvenir charmant ", comme elle l'écrit elle-même dans un extrait.

C'est le hasard d'une rencontre, chez, des amis de Georges Cain4, plus tard Conservateur du Musée Carnavalet, qui oriente ma vie parmi les peintres. Le premier, Georges Cain, fit mon portrait, et ensuite beaucoup de ses amis, entre autres Parfonry, peintre amateur dont je devins le modèle habituel. J'ai gardé de lui et de sa femme le plus charmant souvenir. Pour expliquer les liens qui unissaient à cette époque modèles et peintres, je dois préciser que jamais Parfonry ne m'a réglé le montant de séances de pose sans dire " Madame, pour vos pauvres ".

     La délicatesse de Paul et la gentillesse de son épouse ont manifestement impressionné le modèle. C'est sans doute dans cette relation que Berthe est devenue le modèle habituel de Paul PARFONRY. Peut être une sorte de lien affectif, comblant pour Berthe on ne sait quelle absence, quelle bienveillance vis à vis des oppositions de sa famille à l'encontre de ses fréquentations artistiques. 

      L'absence de  références sur la date de mariage de Paul empêche de préciser l'année. Seul indice, l'année de naissance 1894 de Georges, le fils de Paul. La référence à Georges CAIN est  également importante. Ayant été Conservateur du Musée Carnavalet à partir de 1897, on peut également dater cette rencontre avec Paul avant cette période. Ceci confirme malgré tout, une fois de plus, le fait que les familles PARFONRY et CAIN entretenaient des relations étroites depuis François-Xavier, le marbrier.

      Quant à retrouver Berthe dans les peintures de Paul, cela n'est pas difficile. Une simple comparaison avec le portrait réalisé par son époux donne la réponse. Pour la peinture " Une tasse de thé ", la similitude ne fait pas de doute. La personne assise est assurément le modèle du peintre. Il en est de même pour d'autres toiles. Peinte généralement de profil, la ressemblance est assez constance. On se contentera de reprendre la peinture " La visite galante ", sur laquelle le modèle se trouve pratiquement de face. Une manière de s'apercevoir que dans ce cas Paul n'avait pas été uniquement sensibilé par la coiffure vénitienne mais bien par le regard de son modèle. Il est probable que Berthe n'ait pas été le seul modèle de Paul.

     Ernest RENOUX est enterré auprès de sa mère dans le cimetière de Romeny-sur-Marne. Berhe, quant à elle, vécut jusqu'en 1958, la même année que Gabrielle BARBAULT, l'épouse de Paul5. Sa sépulture se trouve non loin de la précédente1. Le couple RENOUX eut un fils, prénommé Marcel.

1 https://sites.google.com/site/julesernestrenoux ; site officiel de Jules Ernest RENOUX ;

2 Jules, Ernest RENOUX (1863-1932), né et décédé à Romeny-sur-Marne, est un peintre de la Belle Epoque. Un musée sur son oeuvre existe à Romeny-sur-Marne ;

3 Blond vénitien : terme originaire de la Renaissance italienne lorsque les femmes s'enduisaient les cheveux d'un mélange de safran et de citron avant de les exposer au soleil (def. Wikipedia); le blond vénitien est le ton le plus clair dans les tons de roux ;

4 Georges CAIN est ce Conservateur du Musée Carnavalet qui enverra une lettre à François-Xavier PARFONRY, le père de Paul, attestant de la réception de la cheminée en marbre qui est désormais installée dans la salle 41 du Musée (voir article : La cheminée est toujours au Musée Carnavalet) ; 

5 Cette similitude dans les dates de décès peut s'avérer être l'une des raisons du manque de transmissions orales au niveau de la génération d'après-guerre, trop jeune pour s'approprier la mémoire familiale. Cette raison peut sans doute être couplée avec l'impact de la guerre 40-45 qui a perturbé les modes de vie ;

Portrait représentant Berthe MADELEINE, réalisé par Ernest RENOUX

Portrait représentant Berthe MADELEINE, réalisé par Ernest RENOUX

Une tasse de thé . Le modèle est manifestement celle de la toile précédente

Une tasse de thé . Le modèle est manifestement celle de la toile précédente

La visite galante

La visite galante

Partager cet article

Repost 0

commentaires