Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 19:57

       Il y eut les peintres de Barbizon, ceux de Pont-Aven mais aussi de Crozant. C'est cependant d'un autre endroit que l'on s'en réfère pour parler de l'apparition de la peinture moderne. En 1869, Claude MONET et Auguste RENOIR transposèrent sur leurs toiles les lumières de l'île de la Grenouillère, au milieu de la Seine, en face de Croissy, localité des Yvelines située à l'ouest de Paris. L'impressionnisme était né. La carotte, principale culture maraîchère de ce coin, ne résista pas à cet envahissement. Le développement du canotage1 et la guinguette La Grenouillère n'étaient pas étrangers à cette frénésie qui fut l'une des caractéristiques de cette période qui suivra la défaite contre la Prusse. L'écrivain Guy de MAUPASSANT fut parmi ceux qui y séjournèrent, y qualifiant d'ailleurs de truculente l'atmosphère autour de La Grenouillère.

    Toute cette animation, cette création artistique ne pouvait qu'attirer ceux qui avaient assez d'argent pour s'extraire des murs de Paris. A Croissy, ils furent nombreux ceux qui résidèrent dans de belles villas construites à partir du Second Empire. Banquiers, professions libérales, écrivains et artistes s'y installèrent. Les grands domaines de l'Ancien Régime2 commencèrent à se morceller pour faire place à de belles demeures bourgeoises. C'est dans ce contexte que l'on retrouve notre marbrier François-Xavier PARFONRY, associé à ce moment aux frères HUVE. Auréolé de ses médailles obtenues aux Expositions Universelles (Philadelphie en 1876, Paris en 1878 et Melbourne en 1880)3, il trouvera l'opportunité de s'extraire des beaux immeubles haussmanniens pour venir côtoyer un nouveau style d'architecture et de loisirs. Ses aptitudes à l'innovation et son esprit d'entreprise ont du l'attirer dans ce nouveau cadre. Les recherches ont permis, à ce jour, de le retrouver à deux reprises en bordure de la Seine.

     Un premier travail fut réalisé à Chatou, juste à côté de Croissy, dans l'Avenue de Brimont. Il s'agit d'une belle villa, livrée le 1er juillet 1881, d'un coût total de 625 100 frs. et pour laquelle les travaux de marbrerie atteindront  8 200 frs. Il y sera fait usage de la Pierre d'Euville et du Banc-royal de Saint-Vaast4. S'agit - il de la villa cossue, qualifiée du Second Empire, reprise ci-dessous ? 

      Un second travail sera effectué dans la maison de campagne construite, vers 1886, par un certain Raoul TOCHE au 15 de la rue Charles Bémont, à Croissy. De style anglo-normand, comme de nombreuses maisons à l'époque, les travaux de marbrerie s'élèveront à un montant de 1500 frs. pour un total de 87 763 frs.pour l'ensemble des travaux5. D'un coût largement moins important que la précédente, la photo ci-dessous de cette maison, nous présente néanmoins une impressionnante demeure qui existe encore de nos jours.

     Ce personnage de Raoul TOCHE (1850-1895) n'était pas un inconnu à l'époque. Auteur dramatique et journaliste, il était l'un des plus populaires auteurs comiques de son temps. Plusieurs de ses opérettes et opéras-comiques, mises notamment en musique par Jacques OFFENBACH, furent à l'affiche des théâtres parisiens (not. Théâtre des Nouveautés) dans les années 1880. Il connut cependant une fin tragique. Endetté, il se tua avec un révolver en 1895. Ce qui le fit tomber rapidement dans l'oubli6contrairement aux autres auteurs dramaturges Victorien SARDOU et Alexandre DUMAS fils. Qui a entendu parler de nos jours de l'une de ces pièces : Madame Mongolon, Le voyage en Suisse, Le Château de Tire-Larigot, Adam et Eve, Le Royaume des femmes, Les femmes nerveuses,....?

1. Villa construite par Raoul TOCHE à Croissy, contenant du marbre de FX PARFONRY (Source : archives.croissy.com).         2. Villa Second Empire située rue de Brimont à Chatou (à vérifier si c'est celle avec du marbre de FX PARFONRY ?) (source : Wikipedia Chatou)
1. Villa construite par Raoul TOCHE à Croissy, contenant du marbre de FX PARFONRY (Source : archives.croissy.com).         2. Villa Second Empire située rue de Brimont à Chatou (à vérifier si c'est celle avec du marbre de FX PARFONRY ?) (source : Wikipedia Chatou)

1. Villa construite par Raoul TOCHE à Croissy, contenant du marbre de FX PARFONRY (Source : archives.croissy.com). 2. Villa Second Empire située rue de Brimont à Chatou (à vérifier si c'est celle avec du marbre de FX PARFONRY ?) (source : Wikipedia Chatou)

      Quel lien peut-on trouver entre Raoul TOCHE et François-Xavier PARFONRY ? Tout simplement le journal Le Gaulois7 dans lequel notre marbrier y insérait régulièrement des publicités. TOCHE y était critique journalistique. Le caractère conservateur et républicain de ce journal, qui avait été banni pendant la Commune, correspondait bien aux idées de notre ancêtre. En outre, le Directeur du journal, Edmond TARBE des SABLONS habita également à Croissy

     Cette énumération des deux maisons pour lesquelles François-Xavier PARFONRY a installé des marbres est probablement incomplète. Et beaucoup d'entre elles ont sans doute disparu de nos jours. Seule, une promenade sur le Chemin des Impressionnistes8 nous permettrait de concrétiser notre émerveillement et approfondir nos connaissances sur notre marbrier. A moins que Les Archives de Croissy, que nous avons contactées sur leur site, puissent nous apporter des éléments de réponse sur l'existence toujours actuelle de ces anciennes demeures.

    Cette recherche nous démontre aussi que François-Xavier a été au contact de ce nouveau monde pictural qui faisait la cassure avec le clasissisme issu de la Renaissance. Si les extérieurs des bords de Seine en étaient imprégnés, il est manifeste que les intérieurs de ces nouvelles demeures s'en avéraient peu perméables, préférant conserver la représentation froide et sculpturale du marbre. Et par souci de cohérence familiale, son fils Paul, est resté longtemps impassible9 à ces nouveaux modes d'expression de la couleur et à l'atmosphère truculente décrite par MAUPASSANT. A t-il eu seulement la curiosité de regarder les panoramas du peintre de Croissy Théophile POILPOT10 qui tendait de faire la transition entre les deux modes d'expression ? Manifestement, les intérieurs opulents des immeubles parisiens lui sont restés plus familiers. Ni François-Xavier, ni Paul ne deviendront des croissillions ou des catoviens11 célèbres, ayant préféré, dès 1860, devenir des cristoliens12 sur les bords de Marne, moins truculent assurément.

     Voici une façon bien concrête d'expliquer le cheminement de la mémoire au travers des générations. La généalogie est bien, dans ce cas, largement dépassée par l'interprétation de la découverte historique !! 

 

1 Le Déjeuner des canotiers d'Auguste RENOIR fut peint en 1880/81 à Chatou ; 

2 Depuis Henri IV, Croissy était devenu un domaine seigneurial ;

3 Sans oublier sa Légion d'Honneur obtenue en 1881 ;

4 Revue générale de l'architecture, 1885, n° 3 ;

5 La construction moderne, 1886, n° 17 ;

6 http://archives.croissy.com/2013/06/raoul-toche-1850-1895-du-rire-au-drame.html ;

7  Le journal Le Gaulois fut racheté en 1929 par Le Figaro ;

8 En particulier les Itinéraires MONET et RENOIR ;

9 Ce n'est qu'assez tard qu'il se mettra à peindre ce nouveau type d'expression (voir article : Enfin une peinture moderne de Paul) 

10  Un tel nom, bien réel, ne peut que servir à  insérer un moment de détente dans le texte ;

11 Un habitant de Croissy est appelé un Croissillion ; un habitant de Chatou un Catovien ;

12 Un habitant de Créteil est appelé un Cristolien ;

Partager cet article

Repost 0

commentaires