Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 09:07

   Les esprits continuent à cogiter dans la famille. Après les contributions de Caroline et d'Agnès (voir articles : De Neerheylissem à Briou, une famille française ; Une vraie histoire de famille expliquée), voici qu'une nouvelle édition limitée vient de paraître à Briou. 

   JPP y est allé de son cru (ndlr : mot qu'on peut comprendre ici dans les deux sens) pour apporter son aumône au parcours dynamique que cette saga a déjà mis en évidence. Cela s'appelle : La vie en vrac (ou pas dans l'ordre). Tout un parcours mal catalogué me direz-vous. Et bien pas tant que ça. JPP, dans son avant propos, nous parle d'un humour décalé  et d'un pensum contemplatif de la vieEn bref, il nous averti que sa prose est abordée à la façon d'un DESPROGES, compulsif, créatif et pouvant paraître incohérent.

    Déjà le titre sonne comme une harmonie de choix dans les mots. Plutôt que de nous dire que la vie est faite de bric et de broc, il distille la consonne v aussi facilement qu'un texte de Pierre PERRET. Il nous explique également que tout cela a démarré par l'achat d'un lot de post it. On imagine, en voyant le nombre de ces petites phrases récupérées et rassemblées dans un certain ordre incertain, à ce qu' a du ressembler la longère de Briou. Manifestement, ce qu'on appelle la part du sacré de tout homme, la plus sincère et honnête, a du s'extérioriser par jets impulsifs et compulsifs sur n'importe quel support solide. 

    Détaillant et répertoriant ses pensées, utilisant les titres de ses chapitres à la manière d'un livre classique, tel Trois hommes dans un bateau de JEROME - K - JEROME, JPP avance ainsi dans son roman personnel, abordant tout autant son père, sa soeur, ses nièces, ses ex et surtout sa mère, une résistante de la première heure, mais aussi ses coups de coeur. Et c'est là que l'on se rend compte que la cohérence des mots, des courtes phrases ne peut être perçue que si on lit le texte d'une traite comme il nous l'a été conseillé.

   Impossible de détailler ce recueil de faits, de moments de plaisirs, de lieux, de rencontres, de prénoms, de noms. De cette vie en vrac, on en ressort avec le fait que ce fut une vie dense, remplie dont chaque élément est resté gravé dans son for intérieur. Il a suffi d'un déclic, d'un désir de participer à l'aventure de renouveau des PARFONRY pour faire ressortir en quelque sorte ce qui peut constituer un cadre structuré pour une future écriture moins élaguée assez détonante selon moi.

   Ce recueil confidentiel ne nous empêche pas d'en retirer quelques perles, pour faire comprendre plus pertinemment du ton et des termes employés. La plus éloquente, la mieux ficelée car la plus incompréhensible est : Ne pas oublier Renoir à Paris que rencontra maman avec Jo (ndlr : je crois bien qu'il s'agit du cinéaste Jean Renoir, himself)

    Ou alors, pour nous montrer qu'il a voyagé : Souvenir d'une expédition en Casamance et d'avoir dormi sur la future plage du Club-Med envahie de moustiques géants.

     Et quelques autres que j'ai reprises au gré de ma lecture :

On avait une grande maison et un grand jardin dans une avenue calme

Les cataplasmes à la moutarde et les plaisirs de la lecture

Le poulet de Bresse aux morilles avec des vins de Bourgogne de rêve chez Raymond et Jacqueline

La recherche des vers de terre pour la pêche dans le fumier de La Courtinière

   On retiendra aussi la définition qu'il donne de la femme, laissant parler son arrière plan poétique. Elle donne le bonheur équilibré si on peut résumer sa pensée. J'y apprend également qu'il a habité, avec ses parents, au Km 7 de la Route de Rufisque à Dakar, soit non loin de mon lieu de travail quelques années plus tard au Km 15. Mentionnée mais non dévoilée par pudeur, la référence à Raysine, sa chienne, est tangible.

   Pour terminer par un dernier chapitre intitulé Et pour finir, JPP aime. Dans lequel, est énuméré le catalogue de toutes les choses que la vie nous amène à côtoyer si l'on est enclin aux rencontres, à faire s'épanouir ses cinq sens. Il y en a cinq pages entières, simple listing de choses, de petits moments. C'est simple, il a aimé et il aime beaucoup JPP. De quoi lui trouver pendant de nombreuses années encore des idées de cadeaux. J'en ai extrait une seule, ce moment qu'il doit apprécier le plus : Rouler à 70 km/heure sur les routes désertes de Sologne.

   Pour finir le tout par deux petites réflexions qui approfondissent in fine le caractère de ce quartier-maître, de ce solognot restant centré sur son environnement naturel. Les définitions qu'il nous donne de la vie, de l'harmonie en y insérant le problème existentiel du manchot (tout est question d'équilibre) et celui de l'araignée (ça ne tient qu'à un fil ) se devaient de nous rendre plus intelligent. Rassure-toi JPP, tu y es arrivé.

     As-tu le sentiment de t'inscrire dans cette tirade écrite par Guy BEDOS, pour son dernier spectacle à l'Olympia, il y a trente ans :

    La vie serait - elle une comédie italienne ? Buena sera, signore, signori. Tu ris, tu pleures. Tu pleures, tu ris. Tu vis, tu meurs. Tu meurs, tu vis. Comediante, tragediante. C'est çà, c'est çà, la vie1. 

   Dernier petit détail, rien que pour les puristes et les amateurs de jeux télés : les premiers pas sur la lune datent du 20 juillet 1969. Mais probablement que les gaz lacrymogènes de l'année précédente ont brouillé le son et l'image.

    Si vous n'aimez pas les femmes, la nature, mais aussi plein d'autres choses n'en dégoutez pas les autres2. On devrait s'en tenir à cette sentence après avoir lu en continu. C'est sur, je vais m'efforcer de relire Albert CAMUS  et découvrir Maria CASARES. Pour combler  assurément certaines lacunes sur la vie, sur l'harmonie. 

 

1 Guy BEDOS : Je me souviendrai de tout, Ed. Fayard, 233 pages, 2015 ;

2 Phrase adaptée d'une chronique de Charline VANHOENACKER, A la santé des enfants du rock, lu sur France Inter ce 16/11/2015, et rédigée à la suite des attentats du 13 novembre à Paris ;

 

La vie en vrac (ou pas dans l'ordre). Les éditions du Briou (JPP)

La vie en vrac (ou pas dans l'ordre). Les éditions du Briou (JPP)

Partager cet article

Repost 0

commentaires