Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 21:23

    Grâce aux amies de Françoise P., membres de son association AUAN (Association Universitaire et Artistique de Neuilly-sur-Seine), qui parcourent les expos parisiennes, on a été alertés par une découverte suite à la visite de l'exposition organisée à l'occasion du 200ème anniversaire de la naissance de l'architecte Viollet-le-Duc ( du 20 novembre 2014 au 09 mars 2015). On y présentait l'oeuvre singulière de ce grand architecte, théoricien et restaurateur, fondateur du musée de la Sculpture comparée dont le musée des Monuments français est l'héritier.

      Cette amie, à l'oeil attentif et exercé, fut intriguée de voir un document à en-tête au nom de Parfonry dans l'exposition "Viollet-le-Duc, visions d'un architecte" à la Cité de l'architecture et du patrimoine organisée en partenariat avec la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.

      Une nouvelle confirmation, s'il en fallait, de la qualité et de l'importance de la marbrerie d'art de François-Xavier, notre entrepreneur, déjà avérée par la thèse de Joëlle Petit (voir article : La thèse de doctorat a été soutenue) et par les nombreuses découvertes mentionnées dans ce blog.

      Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) est l'un des rares architectes du XIXè siècle dont la mort n'ait pas éteint la célébrité mais l'ait au contraire affirmée. Malgré des polémiques, ses travaux de restauration et son oeuvre font toujours référence pour les professionnels de l'architecture et son génie a marqué l'histoire de l'art et de l'architecture. Longtemps, les historiens se sont attachés à mettre en perspective sa science archéologique, sa doctrine en matière de restauration et son activité au service du patrimoine. A partir des années 1970, les idées qu'il avait exprimées, en matière de création architecturale, furent à leur tour objet d'études et de controverses.

      Aujourd'hui, trente ans après la dernière exposition monographique qui lui fut consacrée à Paris, ce sont les aspects les moins connus et les plus inattendus de cet artiste aux talents multiples qui ont été présentés au public, pour témoigner de la richesse et de la complexité de sa personnalité. On connait le caractère rationnel de sa démarche : il est question ici de souligner son côté visionnaire. 

    Que notre aïeul soit associé à cette figure majeure de l'architecture française au XIXè est tout simplement une consécration, une preuve qu'il a participé à certaines des plus belles constructions de son siècle.

     C'est dans la partie consacrée au chantier de restauration de Notre-Dame de Paris (1843-1868) que la facture de l'entreprise Parfonry est exposée. Ce chantier-phare du XIXè siècle est un éclatant manifeste des idées de Viollet-le-Duc en matière de restauration, de décoration et d'aménagement urbain. Viollet-le-Duc commence à mettre en pratique ses conceptions et théories de la restauration, celles qui lui font écrire que " restaurer un édifice, ce n'est pas l'entretenir, le réparer ou le refaire, c'est le rétablir dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné ".

     Cette facture fait partie d'un ensemble de documents issus des collections de la Médiathèque de l'architecture et du Patrimoine, installée à Charenton. Il n'est, dès lors, pas impossible que d'autres traces de François-Xavier n'y restent à découvrir.

      Cette facture est importante. Treize cheminées au total sont facturées pour le Presbytère de N.D., sur la seule feuille exposée. Elle est détaillée avec précision en termes techniques de marbrerie et d'architecture, les couleurs des marbres et les formes variées. Les cheminées sont destinées pour les trois niveaux du Presbytère. Parfonry, associé aux frères Huve, n'est en fait qu'un sous-traitant et son nom ne figurait pas dans l'index du catalogue. Il fallait observer les documents dans le détail pour relever son nom. Voici retranscrit, les premières descriptions lisibles pour chacune de ces 13 cheminées

      Rez-de-chaussée: 1 cheminée capucine Saint Anne ...

                              1 cheminée capucine coquillé ....

      1er étage :      1 cheminée consoles blanc galbé avec rouleaux, foyer à compartiment .....

                          1 cheminée Louis XIV n°42 rouge foncé, travers cintré à moulures saillantes ....

                          1 cheminée modillons Joinville à rouleaux ......

                          1 cheminée modillons rosé ouest ....

                          1 cheminée modillons bois Jourdan....

      2ème étage :    1 cheminée modillons noir demi fin ....

                          4 cheminées capucine Glageon ....

                          1 cheminée Capucine noir française ....

Quelques explications sur les termes

- la capucine est un modèle de cheminées, à jambage droit, le plus courant sous Napoléon III et à la fin du XIXè siècle; régulièrement placées aux angles des pièces ;

- un modillon est un élément d'architecture qui sert à soutenir une corniche, un avant-toit ou un balcon;

- marbre de Bois Jourdan : connu aussi sous le nom de Sarracolin de l'Ouest (gare St Lazare, Empire State Building) ;

- marbre noir de Belgique, connu également sous le nom de Noir de Mazy ou de Golzinne, de teinte noir profond, il se caractérise par la rareté des fossiles et des veines calcite qui donnent à son poli un noir parfait d'une uniformité et d'un velouté remarquable ;

- marbre noir Glageon, provenant d'une commune du Nord située dans le parc naturel régional de l'Avesnois ;

     Il nous reste à espérer que la porte de ce Presbytère s'ouvrira plus facilement que celle de la villa du Boulevard de Ceinture à Créteil (voir article : Le Carmel conserve tous ses mystères - Créteil 2pour nous autoriser à aller visionner le travail de ce marbrier.

 

PS : Cet article a été transcrit en reprenant les éléments contenus dans le document rédigé par Agnès Parfonry ;

Facture de l'entreprise PARFONRY et LEMAIRE adressée à Monsieur BERNARD du Presbytère de N-D de ParisFacture de l'entreprise PARFONRY et LEMAIRE adressée à Monsieur BERNARD du Presbytère de N-D de Paris

Facture de l'entreprise PARFONRY et LEMAIRE adressée à Monsieur BERNARD du Presbytère de N-D de Paris

L'arrière-arrière-arrière-petite-fille du marbrier se penche sur les documents de son aïeul

L'arrière-arrière-arrière-petite-fille du marbrier se penche sur les documents de son aïeul

L'arrière-arrière-petite-fille du marbrier remerciant Viollet-le-Duc d'avoir fait confiance à son aïeul

L'arrière-arrière-petite-fille du marbrier remerciant Viollet-le-Duc d'avoir fait confiance à son aïeul

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Danielle Hanique 16/11/2016 02:28

Voilà encore une découverte intéressante !
En ce qui concerne notre collaboration, rendez-vous jeudi à 10h .
Nous dînerons en compagnie de Michel et de ma belle-soeur .
A bientõt .