Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 09:51

      Henriette LASNET de LANTY, née BABET en 1896, est issue d'une famille, originaire de Champagnac-de-Belair en Dordogne. Avec son mari Jean, ils feront partie de la Résistance dans les réseaux de renseignements franco-belge Delbo/Zero1. Arrêtés par les allemands à Paris en janvier 1944, ils seront envoyés dans en Allemagne. Jean décédera dans le camp de travail de Vaihingen, quelques mois avant la libération. Henriette, après avoir transité par Fresnes, survivra aux conditions de détention du camp de Ravensbrück.

       Jean et Henriette LASNET de LANTY sont les arrière-arrière-grands-parents des plus jeunes PARFONRY, habitant en France de nos jours.

       Henriette relatera son expérience dans un livre Sous la Schlague, dont la préface est rédigée par Geneviève de GAULLE, la nièce de qui vous savez, déportée également au camp de Ravensbrück. Des exemplaires de cette édition sont encore disponibles de nos jours sur des sites (E Bay, Amazon, ...).

     Elle recevra les médailles d' Officier de la Légion d'Honneur, à titre militaire, et de Croix de guerre 1939-45 française et belge avec palmes. Elle sera également homologuée comme sous-lieutenant par l'armée de terre. Jean sera fait, à titre posthume, Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre 1939-45 avec étoile de bronze, Médaille de la résistance française, Croix de guerre et médaille de la résistance belge, Grand - Croix de l'ordre de Léopold II2.

     Se rappelant de ses origines de terroir, et pour faire vivre sa famille, Henriette s’attellera à écrire des livres de cuisine (Fromages frais - Laits fermentés; Conserves familiales; Cuisine périgourdine; La Charcuterie à la campagne; Dictionnaire de la cuisine française; Confits, Confitures et conserves). Passion qu'elle transmettra à sa fille Michelle, épouse de Jacques PARFONRY. Elle décédera en 1989 à l'âge de 92 ans.

1 Le réseau Delbo est au départ un réseau belge de renseignement dont le Q.G. est installé à Paris ; Zéro est créé en 1940 par des services de l'état belge en exil à Londres ;

2 Informations transmises par Patrick LASNET de LANTY, l'un de ses petits-fils ;

Couverture de la Première édition du livre SOUS LA SCHLAGUE (Imprimerie du S-O, 1965, 269 p.)

Couverture de la Première édition du livre SOUS LA SCHLAGUE (Imprimerie du S-O, 1965, 269 p.)

    Une simple demande d'autorisation de réédition, déposée sur ce blog par Stéphane GOULHOT, responsable des Editions Le Félin, a permis de donner au livre Sous la Schlague une seconde vie. Il vient d'être réédité en mai 2018. L'initiative en revient à l'Association Liberté - Mémoire créée en 1996 par quelques grandes figures de la résistance, tels Stéphane HESSEL, Raymond et Lucie AUBRAC, Germaine TILLION. Son but est de " transmettre la connaissance et la leçon de la résistance, notamment en aidant à la réédition ou à l'édition d'ouvrages y ayant attrait ".

Patrick PARFONRY, son petit-fils, a rédigé, à cette occasion, ces commentaires élogieux.

    Le témoignage de cette femme hors du commun entre dans l'histoire grâce à cet éditeur de renom. Depuis plus de 50 ans, cet écrit somnolait dans notre mémoire familiale. Mon émotion n'a d'égal que l'admiration que je lui portais.

    Le livre, édité à compte d'auteur en 1965, sort aujourd'hui de la confidentialité et nous lui souhaitons une large audience. Je prépare une petite affichette à l'attention des libraires pour présenter ce livre.

Plusieurs de ses arrière petites-filles, se manifestèrent par la suite. Il y eut successivement :

 Clémentine CHERONNET, s'est appliquée d'y apporter son commentaire.

    Voici la réédition d'un livre très fort écrit par mon arrière-grand-mère et qui retrace son courage et l'histoire d'une partie de ma famille maternelle pendant la seconde guerre mondiale.

Marie PEIX, a publié, sur sa page Facebook, l’information de cette nouvelle édition

" Pour celles et ceux qui veulent lire le témoignage de mon arrière-grand-mère, déportée pendant la seconde guerre mondiale, son livre est désormais réédité et disponible ".

Louise VERRET, en achetant le livre, ne manqua pas d'y adjoindre son ressenti.

" ...je vais m'y plonger, à mon niveau pour la mémoire .... et celle de la prochaine génération "

         Et parmi les différents commentaires de lecteurs et lectrices, on annotera deux d'entre eux :

        Un des témoignages les plus authentiques sur la résistance et les camps. De plus un témoignage de femme et de mère. Un récit bouleversant (Hildegarde) ;

         Quelle leçon de courage et d'humanité dans ce récit. Elle utilise des mots précis, sans fioriture,.....On partage les pages avec des sentiments mêlés d'admiration, d'horreur, de sympathie, de soulagement tout au long de cet ouvrage palpitant (alissah;

    Le livre a reçu une mention spéciale du jury du Prix littéraire du Comité d'action de la Résistance - Souvenir français 2018. Une réception au Sénat, le 29 novembre 2018, ponctua la remise de ce prix. Plusieurs de ses petits-enfants, dont Patrick, assistèrent à ce moment de rappel de l'histoire tragique de notre Monde.

La nouvelle édition est ajoutée d'un texte présenté et annoté par Philippe MEZZASALMA

N.B. : Conservateur à la Bnf, Ph. Mezzasalma termine actuellement une thèse sur " La déportation des femmes depuis la France (1940-1945) " à l'Université de Paris-I, sous la direction d'Henry Rousso.

Henriette Lasnet de Lanty a 47 ans en 1943. Simple femme au foyer, elle s'occupe de ses cinq enfants dans le XVIème arrondissement de Paris, rue de la Pompe. Personne ne se doute que, sous son apparente tranquillité, elle participe activement à la résistance. Servant de boîtes aux lettres, elle récupère des informations et, sous son insoupçonnable camouflage de parfaite ménagère, distribue les consignes et ordres de mission aux agents parisiens en allant faire ses courses.

Mais quand le réseau tombe, elle est dénoncée, arrêtée : c'est le début d'un véritable calvaire qu'elle va affronter avec un courage hors du commun. Les prisons françaises et leurs sordides interrogatoires, la déportation, les camps, Ravensbrück, Schönfeld ... Sous les coups de schlague de ses gardiennes, elle trouve encore la force de saboter des pièces qu'on lui demande de fabriquer et, sans broncher, résiste toujours, à sa manière, aux humiliations, à l'angoisse de ne pas revoir des enfants, son mari déporté, comme elle, à l'horreur permanente de la mort de ses camarades.

Même une fois libérée, les Américains n'ont que faire de ses femmes qui encombrent les routes, les soldats français eux-mêmes se méfient de celles qu'ils pensent être venues ici travailler de leur plein gré. Henriette Lasnet de Lanty va encore devoir traverser l'Allemagne dévastée par la guerre, seule, à pied. Ceci est son témoignage.

Couverture de la Seconde édition du livre SOUS LA SCHLAGUE (Edition Le Félin, Collection Résistance Liberté - Mémoire, Mai 2018)

Couverture de la Seconde édition du livre SOUS LA SCHLAGUE (Edition Le Félin, Collection Résistance Liberté - Mémoire, Mai 2018)

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Merci Roland pour cet article concernant Sous la schlague. Tu ajoutes une pierre supplémentaire à l’entre dans L’Histoire de ce chemin de croix.<br /> Que cette somme d’energie et de volonté aboutisse à la diffusion la plus large de ce livre. <br /> Fraternellement<br /> PP
Répondre
R
Ayant vu que Marie avait mentionné ce livre sur sa page Facebook, il était normal que je réagisse de la même manière sur le blog

Présentation

  • : Le blog de PARFONRY
  • : Le cadre directeur de ce blog consiste à réunir ce qui peut être transmis sur un patronyme. La présentation de tous ces personnages n'est finalement qu'une manière de transférer un patronyme. Qu'il soit culturel, social ou historique, ce patronyme ne fait que proposer un film dans lequel les séquences sont des instants de vie. L'environnement, le vécu de chacun a probablement plus d'impact sur ce que nous ressentons. Les gênes se diluent plus vite que le lien avec le mode de vie et les rencontres. Cette vision oblige à élargir le champs d'investigation en déviant de l'aspect purement généalogique. La découverte de nouveaux indices motive et assimile parfois cette recherche à une enquête. L'histoire ne peut être racontée de manière linéaire. Chaque élément, chaque personnage a droit à son histoire dans le récit tout en suivant le dénivelé et les courbes imposés par les aléas de l'Histoire et de la vie. Contrairement au patrimoine, un patronyme se voit contraint de s'adapter aux vicissitudes des évolutions sociales et des guerres. Le contenu des quelques 350 articles de ce blog a été rassemblé dans un livre intitulé "La véritable saga des PARFONRY de Neerheylissem - L'histoire d'un toponyme devenu un patronyme ".
  • Contact

Recherche

Pages

Liens