Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 12:32

      Ayant quelque peu épuisé les données se rapportant au but principal de ce blog, à savoir l'ancrage du parcours de ce patronyme à travers l'histoire et l'évolution de la société, les derniers articles se rabattent volontiers sur le volet de la généalogie. Et les dernières découvertes tendant à confirmer l'idée, pour ne pas dire l'intuition, d'une origine unique. L'existence établie de 4 branches actuelles remontant au début du XVIIIème siècle doit très probablement s'intégrer à cette idée de l'origine unique. Reste cependant à affiner et démontrer de ce lien. Une première étape vient peut-être d'être trouvée pour nous permettre de poursuivre dans la même voie.

      Pour comprendre ce qui va en découler, il convient de se rappeler qu' une 5ème branche, celle de Trognée, avait également été identifiée. Sa dernière représentante Flore, Hortense Parfondry était décédée en 1992. Par ailleurs, un lien possible entre la branche actuelle de Neerheylissem et celle de Trognée a été avancé dans le livre " La véritable saga des PARFONRY de Neerheylissem "1.

       Les derniers éléments transcrits sur Geneanet par Louis Leduc, peuvent venir corroborer cela. Au sein des 4 branches existantes, les informations nouvelles publiées sur celle d'Aywaille ont attiré notre attention. Cette branche  remonte à un certain Mathieu, Joseph Parfondry, décédé le 02/08/1799 à Aywaille. Sa date de naissance n'étant pas connue, il est possible de l'estimer vers 1732 en fonction de l'âge approximatif (+/- 67 ans), mentionné sur l'acte de décès, et des dates de naissance de ses six enfants, tous nés à Aywaille, entre 1757 et 1770.

       Outre sa date réelle de naissance, le lieu de son mariage avec son épouse Catherine Vieujean, décédée en 1800 à Aywaille, est également indéterminé. Aucun mariage de Parfondry n'a été trouvé à Aywaille avant 1757. De plus, aucune personne portant ce nom de Parfondry ou de Vieujean est née à Aywaille entre 1728 et 1745.  On en conclut donc que Mathieu Parfondry et Catherine Vieujean étaient originaires d'un autre lieu qu'il reste à découvrir.

      En fouillant dans tous les registres de naissance disponibles sur Geneanet, on détermine l'existence de plusieurs Mathieu Parfondry mais aucun ne correspond avec une année de naissance proche de 1732. Le lien le plus ancien correspond à un Mathieu de Parfondry de Morterre, originaire d'Hermalle-s/Huy et établissant un testament en 1579. Ce lieu confirme que le patronyme n'avait pas encore quitté son terroir d'origine depuis son installation par la lignée des Chevaliers de Parfondry à la fin du XIIIème siècle.  Il existerait également une autre lignée de plusieurs Mathieu Parfondry, originaires de la ville de Huy. Qu'ils soient nés en 1683 ou en 1761 pour deux d'entre eux ou décédé pour un troisième en 1697, aucune date ne se rapproche de celle estimée de 1732. 

      Il est indéniable que Huy a été un centre important de dispersion de notre patronyme, notamment à l'origine de la branche de Forchies-la-Marche et probablement de celle d'Erezée. On constate que l'année 1732 correspond assez bien avec l'année 1730, celle que l'on a estimée pour Jean-Pierre, le premier de la branche de Neerheylissem, arrivé dans cette dernière localité vers 1758. Trognée étant située non loin de Huy, et ayant été hypothéquée de branche d'originede celle de Neerheylissemon retrouve, dans notre analyse, une possibilité d'étayer cette cohérence de toutes les branches en lien avec la ville de Huy.

     L'explication la plus plausible pour expliquer cette explosion du noyau initial doit être mise en lien avec les périodes successives de guerre impliquant la présence des soldats. Il y eut la Guerre de Succession d'Espagne sous le règne de Louis XIV. Quelques années après, la Guerre de Succession d'Autriche, entre 1740 et 1748 en est une autre. Ces guerres virent se dérouler plusieurs batailles dans la région (Ramilies, Namur, Rocourt, Lauffeld). La bataille de Ramillies, en 1706, avec une défaite désastreuse de l'armée française, est l'un des combats les plus importants de cette guerre. La population de la Principauté de Liège payait un lourd tribut à la présence des armées qui la sillonnaient. L'armée française prenait de fait ses quartiers d'hiver en territoire de la Principauté, conséquence d'un pacte d'allégeance plus ancien octroyé par les Princes - évêques de Liège. On peut y ajouter la Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697) qui vit le Prince d'Orange, Guillaume III, reprendre Huy, après Namur, en 1694, à Louis XIV. Cette présence de soldats, allant souvent de pair avec des pillages et des réquisitions, il en est découlé de nombreux déplacements de population pendant cette période. Autre témoignage plus précis de ces conflits, on trouve une mention pour la commune de Nandrin, située précisément à proximité de celle d'Hermalle-sous-Huy, que " les habitants sont ruinés en 1694 par la guerre, les pillages et réquisitions militaires. Le village est occupé pendant 7 nuits "3.

      Jean-Pierre Parfondry apparaissant à Neerheylissem en 1758 et reconnu comme vagabond par le Prévôt de l'Hôtel Louis de l'Escaille, de même que Mathieu Parfondry, décédé en 1799 à Aywaille, tous deux nés vers 1730-1732, ont probablement subi l'effet de ces conflits en région liégeoise. 

     Il est évident qu'avant de certifier du lien commun au niveau de nos 4 branches, d'autres éléments devront être découverts. La piste de ces Mathieu Parfon(d)ry demande à être confirmée. Alain Parfondry, décédé en janvier 2019, à Cussac Fort-Médoc, faisait partie de la descendance de Wéry, né en 1765,  le seul fils de Mathieu.

     

1  p. 94-96, chap. : Origine des PARFONRY de Neerheylissem ;

2  p. 42, chap. : Condensé des aspects historiques du patronyme ; 

3  Nandrin et Fraineux sous l'ancien régime; Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, Tome LXXI, 1955-1956, Liège, Maison Curtius ;

     

      

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PARFONRY
  • : Le cadre directeur de ce blog consiste à réunir ce qui peut être transmis sur un patronyme. La présentation de tous ces personnages n'est finalement qu'une manière de transférer un patronyme. Qu'il soit culturel, social ou historique, ce patronyme ne fait que proposer un film dans lequel les séquences sont des instants de vie. L'environnement, le vécu de chacun a probablement plus d'impact sur ce que nous ressentons. Les gênes se diluent plus vite que le lien avec le mode de vie et les rencontres. Cette vision oblige à élargir le champs d'investigation en déviant de l'aspect purement généalogique. La découverte de nouveaux indices motive et assimile parfois cette recherche à une enquête. L'histoire ne peut être racontée de manière linéaire. Chaque élément, chaque personnage a droit à son histoire dans le récit tout en suivant le dénivelé et les courbes imposés par les aléas de l'Histoire et de la vie. Contrairement au patrimoine, un patronyme se voit contraint de s'adapter aux vicissitudes des évolutions sociales et des guerres. Le contenu des quelques 350 articles de ce blog a été rassemblé dans un livre intitulé "La véritable saga des PARFONRY de Neerheylissem - L'histoire d'un toponyme devenu un patronyme ".
  • Contact

Recherche

Pages

Liens