Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 11:25

           En rencontrant en décembre 2007, Alain, un PARFONDRY de la branche d'Aywaille, la discussion s'est dirigée sur le lien possible entre notre toponyme et le mot " Fonderie ". Cette relation était argumentée par le fait que le site du " Fondry des chiens", situé à Nismes dans la commune de Viroinval mentionnait ce lien.

           Cette localisation dans une des régions géologiques de Belgique, appelée " La Calestienne " peut constituer une source importante de confirmation quant on découvre la situation de ce lieu. Cette région de la Calestienne s'étend sur 130 km de longueur sur une largeur maximale de 10km depuis Trelon dans le Nord de la France jusqu'au dessus d'Aywaille, en comprenant toutes les grottes importantes de Belgique ( Rochefort, Han-sur -Lesse, Remouchamps, Aywaille, Hotton,...).

Note : Pour avoir plus d'explications sur la Calestienne et le phénomène de formation du fer :
http://www.brunette.brucity.be/Pagodes1/vierves/vierves_geo.htm ; http://www.marchelibre.be/calestienne.htm ;

            Ce terme de " fondry " est utilisé pour de vastes et profondes cavités qui fournissaient du minerai de fer en quantité depuis la plus haute antiquité. Le fait également que l'on retrouve différents lieux - dits répertoriés, construits sur la même assise géologique, dans la même région géologique, interpelle évidemment.
            Il en est ainsi de la vallée " Parfond ry " située le long de la Lomme dans le village de Mirwart, du petit ruisseau " Le Parfond ry ", sous-affluent de la Lesse, près de Ciergnon, du lieu " Parfond Ry " à Amonines, près d'Erezée ainsi que les sites mentionnés à proximité de Comblain et Aywaille. Cette coïncidence constitue malgré tout une pierre solide pour aider à définir plus précisément l'origine du nom.
            Outre ce lieu du " Fondry des chiens ", on découvre que les vallées de l'Aisnes, à Amonines et celle de l'Amblève, près de Comblain - Aywaille, ont été des lieux importants d'extraction du fer bien avant l'époque romaine.

            Sachant que la langue wallonne et par la suite le vieux français se sont construits au contact du langage parlé par les légionnaires, on peut imaginer que ces lieux - dits  se soient formés par contraction des mots latins " fundus " et " rivus ". Il  est difficile de croire que le verbe latin " fundere ", signifiant " précipiter au fond, laisser couler " n'ait pas été à la base de la création d'une série de termes en rapport direct avec l'industrie du fer, tels que " fondre, fonderie, fondrière".  Sans oublier que la signification originelle de "fundus " est " le sol d'une terre considérée comme moyen de production ". On peut imaginer que l'on faisait référence dans ce cas à la terre dont on extrayait du fer.

            La seule forme française de nos jours, proche de la même étymologie que notre patronyme, se rencontre dans le verbe " parfondre ", dérivant du latin " perfundere" signifiant en latin " mélanger " et en français " incorporer des couleurs à la plaque de verre ou d' émail et les faire fondre également ". Or, à l'origine, le fer était produit dans des bas-fourneaux, formés par un simple trou dans le sol ou on mélangeait le minerai, le charbon de bois et les fondants. Le fer était récupéré à la partie inférieure sous forme d'une loupe spongieuse

           En lisant cela, il est difficile de ne pas s'apercevoir du lien entre la coulée de fer récupérée dans le fond du fourneau et la situation des lieux-dits mentionnés ci-dessus. Même si la dénivellation au niveau du ruisseau peut rester l'une des explications premières.

           Néanmoins, la Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie, que j'ai contacté, se montre assez circonspecte pour y trouver un quelconque lien. Évitons donc de nous montrer trop confiant pour l'instant et utilisons cette version avec parcimonie.  Mais je ne puis croire que l'on doive se contenter de l'indication " Près du ruisseau profond " mentionnée dans tous les livres traitant de l'origine des noms. Cela ne pourra nous empêcher de rêver.

Partager cet article

Repost 0

commentaires