Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 21:22

      Après avoir visionné un certain nombre de cartes et de documents, une liste des sites a ainsi pu être compulsée, en rapport avec notre toponyme. En croisant ces résultats avec ceux fournis gracieusement par l'Institut Géographique National (IGN), une énumération des endroits portant ou ayant porté ce toponyme qui est le nôtre a ainsi pu être établie

      L'étude de la répartition de ces lieux s'avéra une étape importante pour mettre en place une méthodologie de travail qui aboutit aux principales conclusions avancées dans l'un des premiers articles de ce blog.

     Liste des lieux identifiés
 

  1. PARFONRY ou PARFONDRY, 15ème siècle, site dépendant d’Aywaille ; lieu-dit tirant son nom du ruisseau constituant la limite entre Aywaille et Lorce, en bordure du bois d'Aywaile (Province de Liège) ;
  2. Carrière de PARFONDRY à Comblain-au-Pont ;  site de grand intérêt biologique ; située entre Höyemont et Oneux, rive gauche de l’Amblève (X Lambert : 238530, Y Lambert : 130070) ;
  3. Un toponyme PARFONDRY, orthographié une seule fois PARFOND RI, ruisseau, sous – affluent de la Lesse, à Serinchamps, ancienne commune fusionnée avec Ciney, entre Ciergnon et Rochefort ;
  4. PARFONDRUY, village près de Stavelot (Province de Luxembourg) ; carte IGN;
  5. Ruisseau de PARFONDRUY, à Trois-Ponts, près de Stavelot ;
  6. Un toponyme Fontaine de PARFONNIZ suivi sur une édition suivante de Ruisseau de PARFONRI avant que ce toponyme ne disparaisse au profit d’une nouvelle écriture Ruisseau de Houpe-le-Loup à Comblain – Fairon, ancienne commune fusionnée avec Hamoir ;
  7. PARFONDRY, vallée fortement boisée en face d’Amay le long de la Meuse ; carte Principauté de Liège et Comté de Namur, 18ème siècle ;
  8. PARFOND RY : Le Ruisseau, affluent de La Lomme, coule au fond d'une vallée très encaissée, au sud du village ardennais de Mirwart ; présence de divers groupements forestiers très riches où l'on note la présence d'espèces remarquables : la sanicle (Sanicula europaea), petite ombellifère très rare en Ardenne, la fougère des montagnes (Oreopteris limbosperma), ou le très rare lycopode à feuilles de genévrier (Lycopodium annotinum) mis sur la liste rouge de la flore de Wallonie ;  (Prov. de Lux.) ; carte IGN ;
  9. Le pavillon du PARFONDRY dans le domaine provincial de Mirwart , en lien direct avec le ruisseau mentionné ci-devant;
  10. le Rau de PARFOND Ru : Cours d’eau, affluent en rive gauche de la Semois, rejoignant celle-ci à Cugnon (Prov. de Luxembourg) carte IGN ;
  11. Roches de PARFOND RU : lieu dit surplombant l’endroit ou le Rau de PARFOND RU atteint la Semois, près de Cugnon (Prov. de Luxembourg); carte IGN ;
  12. PARFOND RI, lieu près du  village d’Amonines (Erezée, Province de Lux.) ; carte IGN ;
  13. PARFOND RIEU, résidence d'une ancienne seigneurie entre Silly et Brugelette, située à côté de la seigneurie d'Enghien (Province du Hainaut) ; carte IGN ;
  14. Domaine de chasse de PARFONRY, Bois de Saint - Thibaut, Rendeux près d’Erezée (Province de Lux.);
  15. Ruisseau de parfondrieux, ancienne dénomination (1665) du ruisseau de l’Eau rouge ou ruisseau de Winanplanche à Spa ;
  16. Il existe également une ferme Parfondry située dans le village de Compogne (Bertogne-Prov. du Luxembourg) ;
  17. Une fosse de charbonnage au nom de PARFONDRY aurait  existé, à gauche du chemin reliant Châtelet à Pont-de-Loup en 1791, près de la chapelle de St Clet (Prov. du Hainaut) ;

Et étendant notre recherche à la France, deux régions présentent des constructions sur base de la même étymologie. L’une dans le Calvados avec mention de deux sites proches l’un de l’autre d’une quinzaine de km :

 

  1. PARFOURU-sur-ODON (14310): commune (136 habitants) de Villers-Bocage  avec mention d’un château de Parfouru ;
  2. PARFOURU-l’ECLIN, hameau de la commune de Livry (14240) ;

 L’autre dans le Nord Est ou selon l’IGN France, cette formation est à l'origine de nombreux noms de lieux-dits et de ruisseaux de l'Est de la France.

 

  1. PARFONDRU (02840): commune (302 habitants)  dans le Département de l’Aisne ;
  2. PARFONDRUPT (55400) : commune (48 habitants) dans le Département de la Meuse ; 

           L’adjonction de -Ry est spécifique car on rencontre d’autres constructions de lieux telles que Parfondbois (Jalhay), Parfondva (Houffalize) mais aussi la route de Parfondvaux (Blégny), dernier témoignage du village rattaché en 1821 et sur certaines éditions de la carte topographique, une écriture Ruisseau de Parfondevau à Aywaille. Cette dernière construction est présente à trois reprises sous la forme de Parfondeval en France dans les départements de l’Aisne (02360), de l’Orne (61400) et de l’Oise (60570). On peut également compléter par la gorge de Parfondval, par laquelle passait l’aqueduc  alimentent la ville de Metz à l’époque romaine et la falaise de Parfondval près de Dieppe.

  
        Une première observation sur la dispersion des différents noms laisse entrevoir une différence dans la dénomination de la dernière syllabe. Le suffixe - Ru, utilisé pour les lieux en France, se transforme en "- Ry - Ri " pour les appelations situées en Belgique, à l'exception du site de Cugnon, à proximité de la frontière française.

        Et pour vous aider à rêver à donner une dimension épique de cette histoire, efforcez vous de tracer une route passant par ces différents lieux en partant de Parfouru l'Eclin en Basse Normandie et aboutissant près de Comblain aux abords de la vallée de l'Amblève. Qu'en concluez vous ?  Si vous voulez rêver un petit peu.


       Bien qu’il ne contienne qu’une partie du nom de famille, on ajoutera également, et dans ce même contexte, la dépression karstique du «  Fondri (ou fondry) des chiens » situé à Nismes dans la commune de Viroinval, à proximité de la frontière française. Comme on le découvrira, ce dernier endroit servira utilement à valider la cohérence entre les différents lieux-dits répertoriés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe Brocherez de Gueldre 08/04/2009 20:16

Bonsoir, c'est avec intérêt que je viens de lire votre article sur le patronyme Parfonry. Je m'y intéresse indirectement ; en effet j'étudie depuis quelques temps la microtoponymie de la commune où je suis né et où j'habite depuis toujours, Pont-à-Mousson en France dans le département de la Meurthe-et-Moselle. Il y a dans celle-ci de nombreux microtoponymes construit autour du mot "Rieupt" qui bien entendu provient de "Ru"; On trouve d'ailleurs les orthographes : ruelz, rup, rupt, rouelz... Il y a parmis ces microtoponymes un qui s'approche très nettement de Parfondry puisqu'il s'agit d'une parcelle qui s'appelle : "Sur le chemin de Par-Fond-de-Rieupt". Fond à pour origine le latin "Fondreda" qui signifie fondrière, donc un lieu humide. Ce qui est le cas à Pont-à-Mousson et ce qui explique tous les composés avec Rieupt. Dans les Vosges on retrouve également ce toponyme : Fondromeix à Rupt, Fredmeix à Saint-Nabord, Fondronfaing à Ventron et Frondrupt à Brouvelieures. Fondrupt, Fond de Rieupt signifie litteralement le ruisseau qui sort (qui a pris naissance dans) de cette fondrière. Le mot "Par" pourrait provenir du latin médiéval "parricus", terrain défriché et souvent enclos. Si l'on prend "Parfond" en un mot, celui-ci pourrait signifié profond. Et donc "le ruisseau profond" ! En ce qui concerne la commune de Pont-à-Mousson je n'ai pas encore trouvé de textes anciens qui me permettraient de trancher entre les deux explications ; en effet je ne sais pas si "Par Fond de Rieupt" est une transcription moderne de "Parfond Rieupt". D'autant que les deux significations seraient tout à fait possibles. Mais je continue mes recherches... Cordialement, Philippe Brocherez de Gueldre.

PARFONRY 14/04/2009 16:36



Merci pour votre commentaire. Effectivement, il y a une certaine analogie entre les deux noms. L'une des interprétations les plus courantes fait référence à la terminologie " ruisseau profond".
Cette version est effectivement assez facile à comprendre.


Je suis cependant enclin à penser qu'une autre interprétation peut en être donnée. Quand je rassemble les lieux-dits en Belgique sur une carte, j'observe que la  plupart de ceux ci se
trouvent dans une petite région géologique assez étroite, s'appelant " La Calestienne". Cette région est caractérisée par des roches calcaires ayant développé de nombreuses grottes (Hans/Lesse,
Aywaille, Hotton,....). De plus, un certain nombre des lieux-dits actuels portant le nom de Parfond ri sont situés dans une partie de cette zone caractérisée par une extraction du fer depuis les
temps assez reculés et en particulier dès le Moyen Age. Il s'agit des deux fiefs féodaux dénommés la Terre de Durbuy et le fief seigneural d'Aywaille. De la m'est venu l'idée d'un lien
avec le mot "fonderie". Les forges se sont déplaçées à un certain moment au bord des ruisseaux pour récupérer la force hydraulique et ne plus dépendre d'un approvisionnement en bois. De
plus, je ne puis croire que l'influence latine n'ait pas été présente plus tôt. Si les romains se sont installés dans ces zones, c'est pour profiter de l'extraction du fer, très utile pour la
confection de leurs armes. De là à ce que la symbiose entre les mots fundus et rivus ne se fassent pour arriver à créer le mot "fonderie". Et de là les familles travaillant sur ces lieux ayant pu
recevoir ce toponyme  pour les singulariser.
De vos explications, je retiens l'origine supposée du mot "par". Quant au lien entre" fonds et fondreda", je n'avais pas été aussi loin pour faire le lien, me contentant de fundus pour en retenir
un aspect économique ( le sol d'une terre comme moyen de production)
Vous parlez de Pont à Mousson. N'y aurait-il pas une certaine cohérence également avec un travail ancien du fer? C'est actuellement un grand centre sidérurgique.