Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 14:27

 

            En poursuivant la recherche, j'ai découvert un nouvel article dans un livre reprenant en détail les aspects précis de l'Exposition Universelle de Paris de 1867. Ce livre intitulé "L'exposition universelle de 1867 illustrée " est composé de deux volumes et comporte 976 pages. Un des paragraphes, situé à la page 158,  fait référence à deux oeuvres de François Xavier PARFONRY, réalisée avec un certain DUPUIS. C'est très certainement avec l'une de ces deux pièces qu'il a obtenu une médaille d'or lors de cette exposition universelle de Paris. L'une de ces oeuvres, une cheminée de style renaissance, est élaborée avec un matériau originaire de Belgique, et dénommé : Marbre Noir de Belgique.
           Pour rappel, cette médaille d'or avait été mentionnée de manière spécifique dans la citation  qui avait été rédigée à l'occasion de l'attribution du titre de Chevalier de la Légion d'honneur .
 
         Ce Marbre Noir de Belgique, extrait depuis l'Antiquité, serait localisé dans des carrières spécifiques, répertoriées à Dinant, Namur, Dénée et Mazy. Les marbres noirs belges figurent parmi les plus beaux et les plus purs d'Europe. Ils sont très prisés pour la facilité avec laquelle ils se laissent travailler, pour la finesse de leur grain qui permet de recevoir le plus beau poli et pour l'uniformité de la couleur qui est d'un noir parfait.

           Caractérisé par l'uniformité de sa couleur et l'absence de tâches et de veines, ce matériau a été très utilisé au cours des 18ème et 19ème siècles, malgré des prix très élevés, pour la fabrication de cheminées, pendules et statues.

           Cette référence à la Belgique n'est peut être pas la conséquence de l'origine belge de François-Xavier. Tout marbrier d'art pouvait avoir eu connaissance de la qualité de ce matériau qui correspondait avec le goût et le luxe de l'époque. Ce marbre noir est toujours utilisé de nos jours par de nombreux sculpteurs. 

          Néanmoins, on dispose d'un premier élément qui permettrait de trouver l'existence d'un lien avec son pays d'origine. On ne peut pas assurer à partir de quelle année, François Xavier s'est exilé vers la France. Né en 1821, on peut avancer que ce départ  s'est  effectué vers 1840, et en premier lieu vers Boulogne-sur-Mer. Cela reste une supposition mais on peut toutefois affirmer qu'au moment de l'Exposition Universelle de Paris en 1867, il avait déjà acquis une habilité dans l'art de travailler le marbre. Il avait à ce moment 46 ans et cette médaille fut très certainement la première de sa carrière si on se base sur le texte de la citation

       
          On peut simplement noter une certaine coïncidence sur le plan géographique. Le tableau de son fils Paul, intitulé " Saint Roch intercédant auprès du Christ en faveur des pestiférés " a été retrouvé dans l'église de Spy qui se trouve précisément à proximité de la carrière de Mazy.
Peut-on y voir l'existence d'une filière de relations ?


           La carrière, d'où on extrayait ce marbre noir est toujours en activité. Il s'agit de la carrière souterraine de Golzinne. On peut en visiter certains galeries lors des Journées du Patrimoine.

Certaines informations sur cette carrière peuvent être trouvées sur :
http://www.mazysfunbikers.be/industrie.php

Voici le texte du paragraphe du livre ou on retrouve la référence à François Xavier PARFONRY


Extrait de « L’exposition universelle de 1867 illustrée » (J. Laurent-Lapp, p.158)

 

……De leur place, ils pourront contempler la triple exposition de MM. Cordier, Parfonry-Dupuis, et Landeau et Cie. ….M. Landeau  produit cinq variétés de marbres qu’il tire de la Sarthe…..MM. Dupuis et Parfonry ont exécuté diverses cheminées avec beaucoup de bonheur. Deux, entre autres, se font remarquer : l’une en marbre noir de Belgique, style renaissance ; l’autre en marbre rouge antique des Pyrénées, style Louis XIII…..

Partager cet article

Repost 0

commentaires