Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 16:44

      Neerheylissem, le lieu des origines de cette branche des PARFONRY, est un village du Brabant wallon qui, depuis 1977, s'est regroupé avec les deux autres villages d'Opheylissem et de Linsmeau, pour constituer la nouvelle commune d'Hélécine.

      Ce nouveau nom constitue en quelque sorte la transcription de ce village sous une forme plus francophone que ne laisse pas apparaître la dénomination d'origine. Hélécine, avec 5 autres localités, est regroupé dans un ensemble paysager, territorial et géographique relativement préservé de nos jours. Il s'agit de la Hesbaye brabançonne, caractérisée notamment par un réseau de rivières déroulant leurs méandres vers le bassin de l'Escaut, à contrario de sa proximité avec le pays de Liège et la vallée de la Meuse proches. La région repose essentiellement sur une roche calcaire recouverte d'une importante couche de loess, un limon éolien d'origine glaciaire.

      Le territoire s'étend sur une superficie de 270 km2 et comprend 1 ville (Jodoigne) et une quarantaine de villages répartis sur les 6 communes (Jodoigne, Beauvechain, Ramillies, Orp-Jauche, Incourt et Hélécine). Il compte quelque 39 000 habitants. Hélécine constitue la plus petite des communes de cet ensemble.

      Composé de plateaux de cultures ouverts (openfield) légèrement ondulants avec un habitat rural relativement dense, cette région dispose ainsi d'une cinquantaine de monuments classés dont six appartiennent au rang de " Patrimoine exceptionnel de Wallonie", à savoir : 

           - La Ferme de l'ancienne Abbaye de la Ramée à Jauchelette,
           - l'Eglise Saint-Martin à Tourinnes-la-Grosse,
           - les carrières souterraines de Folx-les-Caves,
           - l'Eglise Saint-Médard à Jodoigne,
           - la Ferme de Wahenges à l'Ecluse, 
          - le tumulus Hottomont à Grand Rosière.
      A cela, il convient d'y adjoindre le village de Mélin (avec le hameau de Gobertange), inscrit dans la liste des plus beaux villages de Wallonie.

      Pour résumer l'harmonie et l'originalité de ce territoire, on peut le caractériser en retenant cinq centres d'intérêts.
 

         * un milieu agricole voué aux grandes cultures, marqué par la présence de bosquets ou d'arbres isolés ;
        * un sous-sol riche et diversifié qui a permis un développement de nombreuses carrières; l'une d'entre elles, la pierre de Gobertange est la plus connue du fait que c'est avec cette pierre que l'on a édifié la Grand Place de Bruxelles. D'autres ont également été extraites dont le tuffeau de Linsmeau qui a peut être inspiré l'ancêtre des PARFONRY de France avant de s'expatrier. La couleur claire de ces pierres a donné à cette zone géographique l'appellation de pays blanc ;
      * un nombre important d'églises anciennes remontant aux XIème et XIIème siècles, caractérisées par une tour romane quadrangulaire, disposant de murailles épaisses et pouvant servir de refuge temporaire; l'église de Neerheylissem en est un exemple type ;
     * les grosses fermes en quadrilatère, héritage issu du monde médiéval, soit résultant d'une origine seigneuriale, soit sous la tutelle d'une institution religieuse; ce type de ferme aurait monopolisé quelque 60 à 75% du sol cultivé; elles présentent plusieurs particularités dont la finition de la porte d'entrée du logis, la présence d'un  porche colombier mais surtout le volume de ses granges. Ce point est explicité sur les panneaux le long des autoroutes de la région par les mots du chanteur poète wallon Julos BEAUCARNE : 
le pays où les granges sont des navires ;
     * des témoignages de la présence romaine par le passage d'une voie importante reliant la ville de Bavay dans le Nord de la France à Cologne mais surtout par les tumuli, ces monticules de terre d'ampleur variable érigée autour du IIème siècle pour couvrir une sépulture. La Hesbaye étant un grenier à blé, la densité des villages est la résultante du nombre élevé de villae attribuée à l'époque romaine ;

      Il reste aux PARFONRY vivant à l'extérieur de cette belle région à venir découvrir le pays de leurs ancêtres. La description succincte ne peut pallier l'émerveillement d'une visite sur les traces de ceux -ci.

Ndlr : Cet article a été réalisé avec l'aide des documents fournis par le musée Armand PELLEGRIN, situé à Opheylissem, et en particulier " Visages du Patrimoine en Hesbaye brabançonne. Itinéraire au " Pays blanc ", Jodoigne, 2007.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PARFONRY
  • : Le cadre directeur de ce blog consiste à réunir ce qui peut être transmis sur un patronyme. La présentation de tous ces personnages n'est finalement qu'une manière de transférer un patronyme. Qu'il soit culturel, social ou historique, ce patronyme ne fait que proposer un film dans lequel les séquences sont des instants de vie. L'environnement, le vécu de chacun a probablement plus d'impact sur ce que nous ressentons. Les gênes se diluent plus vite que le lien avec le mode de vie et les rencontres. Cette vision oblige à élargir le champs d'investigation en déviant de l'aspect purement généalogique. La découverte de nouveaux indices motive et assimile parfois cette recherche à une enquête. L'histoire ne peut être racontée de manière linéaire. Chaque élément, chaque personnage a droit à son histoire dans le récit tout en suivant le dénivelé et les courbes imposés par les aléas de l'Histoire et de la vie. Contrairement au patrimoine, un patronyme se voit contraint de s'adapter aux vicissitudes des évolutions sociales et des guerres. Le contenu des quelques 350 articles de ce blog a été rassemblé dans un livre intitulé "La véritable saga des PARFONRY de Neerheylissem - L'histoire d'un toponyme devenu un patronyme ".
  • Contact

Recherche

Pages

Liens