Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 13:27

      Dans un article précédent, reprenant des informations sur une lignée de Chevaliers au Moyen Âge, portant le nom de PARFONRIWE, il avait été mentionné qu'ils avaient officiés dans l' Ordre des Hospitaliers de Saint - Jean de Jérusalem (actuellement Ordre des Chevaliers de  Malte) à la fin du 14ème et au début du 15ème siècle dans une Commanderie située à proximité de Liège, à savoir celle de Villers-le-Temple, en rive droite de la Meuse. 

      Un texte extrait du livre " Le miroir des Nobles de Hesbaye" de Jacques de HEMRICOURT en attestait l'existence. Ce texte mentionnait ainsi plusieurs membres de cette lignée de ces Chevaliers. Il était fait référence à plusieurs titres. Parmi ceux-ci, l'un n'avait pas attiré particulièrement notre attention, n'ayant pas pu situer les noms qui y étaient repris.

      La phrase était rédigée comme suit :
"..... frère Ameile et frère Johan, qui sont freires chevaliers delle ordre Saint Johan de Jherusalem, et est ly dis frère Ameile à présent maistres de Chantraines, assavoirs bailhiers d'Avalteres de la dicte religion. "

      Suite à une visite récente au Musée Armand PELLEGRIN à Neerheylissem, j'ai pu entrer en possession de documents décrivant la région de la Hesbaye brabançonne dont fait partie ce village.
A la lecture de l'un d'eux et plus particulièrement: " Visages du patrimoine en Hesbaye brabançonne. Itinéraire au - Pays blanc -, Jodoigne, 2007 ", des précisions étaient apportées sur ces noms.

      La signification et la situation  de Chantraines et d'Avalteres y étaient décrites. On y apprend ainsi que le lieu Chantraine est situé dans le village d'Huppaye qui est en fait l'un des quarante villages de cette Hesbaye brabançonne.  Au départ, il s'agissait d'une " hôtellerie " gérée par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dont la fonction première était d'offrir l'hospitalité à quiconque était de passage.

      Après l'incorporation de l'Ordre des Templiers en 1312, l'Hôpital de Chantraine acquiert le titre de Commanderie et devint la plus importante du baillage d'Avalterre (signification : Terre d'Aval, soit probablement les territoires les plus éloignés du centre historique de cet Ordre) qui comprenait les Anciens Pays - Bas méridionaux ( c'est à dire les anciens Pays - Bas espagnols ) et la Principauté de Liège, soit la totalité de la Belgique actuelle. Ce site sera abandonné progressivement à partir du 15ème siècle. De nos jours, il ne subsiste qu'une chapelle, intégrée dans les bâtiments d'un grande ferme carrée caractéristique de cette région.

      Dans le contexte de l'époque et de la situation, le titre de bailli était celui d'un Chevalier de grade supérieur dans l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Il serait donc l'un des principaux dignitaires après le Grand Maître. Et selon le rituel, les Chevaliers sont " nobles de quatre races, du côté paternel et maternel, et portent les armes ", indiquant qu'ils étaient d'une noblesse d'armes. Acquérant ce titre plusieurs décennies après la chute de Jérusalem en 1290, il n'est pas certain par contre que l'un d'entre-eux ait participé à  une croisade pour atteindre ce niveau de responsabilité dans l'Ordre.

      Par le même texte du Moyen Âge, on apprend que cette lignée était originaire de Comblain, au confluent de l'Ourthe et de l'Amblève. Son existence est attestée en 1272 dans cette dernière localité par un Chevalier Johan de PARFONRIWE, déjà désigné sous le vocable de " Bailli du Condroz ".

      En conclusion, on retient que ce nom de famille existait dès le 14ème siècle dans la région de Neerheylissem. Ce nom se rapportait à une lignée de Chevaliers ayant occupé d'importantes fonctions jusqu'en 1411 dans l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

      On retrouve ce nom, avec une certaine densité, dans les actes de naissance pour un certain nombre de communes proches (Hannut, Bertrée, Trognée, Héron, ....), situées toutes sur le territoire de la Principauté de Liège et ceci dès le 17ème siècle, à la lisière de cette Hesbaye brabançonne qui nous a accueilli au milieu du 18ème siècle. Une présence ponctuelle a même été enregistrée dans l'enclave brabançonne de Beauvechain au 17ème siècle.

      On peut dès lors penser que ce nom avait traversé la Meuse dès le mileiur du 14ème siècle comme l'atteste cette famille de Chevaliers de PARFONRIWE à  la Commanderie de Chantraines.  Et que la branche de Neerheylissem, in fine, soit le dernier maillon de cette présence initialement importante au sein de la Hesbaye, en rive gauche de la Meuse, n'est pas impossible.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires