Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 08:54

      Une pièce de cheminée de François-Xavier, distinguée lors de l'Exposition Universelle de 1867 à Paris est mentionnée sur le site de l'antiquaire Marc MAISON, spécialiste en cheminées et éléments architecturaux. Elle serait représentative de l'art néo renaissance qui vit le jour en 1830 à l'avènement du Roi Louis Philippe.

     C'est une cheminée en marbre noir qui aurait été réalisée en collaboration avec un certain LEMAIRE. Elle reçut la médaille d'or de l'industrie marbrière à l'occasion de cette Exposition Universelle.

     Contacté par nos soins, l'antiquaire nous signale qu'il a trouvé cette cheminée dans un livre de la fin du 19ème siècle, trouvé au musée d'Orsay. Il ne peut dire ou elle se trouve mais nous conseille, en cas de recherche, de démarrer par ce musée.

     Il est à remarquer que dans un autre article découvert précédemment ( "L'exposition universelle de 1867 illustrée", livre en deux volumes, 976 pages, coordonné par F. DUCUING, autorisé par la commission impériale, article rédigé par J. LAURENT-LAPP, p. 158) et se rapportant toujours à cette Exposition Universelle de 1867, PARFONRY se serait, à cette occasion, associé à un certain DUPUIS pour réaliser notamment une cheminée en marbre noir de Belgique de style renaissance. Par contre, son association avec LEMAIRE est mentionnée lors de l'Exposition Universelle de Philadelphie en 1876, célébrant le centenaire de la création des Etats-Unis.

« L’exposition universelle de 1867 illustrée » (J. LAURENT-LAPP, p. 158)

 


……De leur place, ils pourront contempler la triple exposition de MM. Cordier, Parfonry-Dupuis, et Landeau et Cie. ….M. Landeau  produit cinq variétés de marbres qu’il tire de la Sarthe…..MM. Dupuis et Parfonry ont exécuté diverses cheminées avec beaucoup de bonheur. Deux, entre autres, se font remarquer : l’une en marbre noir de Belgique, style renaissance ; l’autre en marbre rouge antique des Pyrénées, style Louis XIII…..

 
     Il s'agit très certainement de la même cheminée, celle qui ferait en quelque sorte le lien entre l'origine belge de François-Xavier et son statut de marbrier en France. Ce marbre noir de Belgique, extrait de carrières répertoriées, caractérisé par l'uniformité de sa couleur sans tâches ni veines, devait être connu de François-Xavier.

     Reste la confusion dans le nom de l'associé (LEMAIRE ou DUPUIS). Dans le cadre de nos recherches, il a été mis en évidence que l'association avec LEMAIRE se serait réalisée plus tard, lors de l'Exposition Universelle de Philadelphie en 1876, marquant le centenaire de la création des Etats-Unis.


« La revue des deux Mondes, 15 oct.1876 : Les Etats - Unis célébraient leur premier siècle d’existence »

 


........Dans les branches que l’on vient de citer, quelques-uns de nos plus grands industriels étaient accourus. Faut-il nommer des maisons que chacun connaît et qui n’ont pas eu besoin qu’on les vante : Bréguet dans l’horlogerie, Boucheron dans la joaillerie, Hielard pour les fleurs artificielles, Hachette et Gauthier- Villars dans la librairie, Koenig et Deleuil dans les instruments de précision, Pottier, Soyer, Mansuy pour leurs émaux, Million et Guiet, Binder, Muhlbacher dans la carrosserie et la sellerie, Hache et Pepin-Lehalleur et Haviland dans les porcelaines, Parfonry et Lemaire dans la marbrerie, Mazaroz dans l’ameublement de luxe, Chatel dans les soieries ?


On peut avoir une vue de cette magnifique cheminée en visionnant la pièce numéro 4 sur  le site :

http://www.marcmaison.fr/architectural-antiques-resources/neo_renaissance_style

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de PARFONRY
  • : Le cadre directeur de ce blog consiste à réunir ce qui peut être transmis sur un patronyme. La présentation de tous ces personnages n'est finalement qu'une manière de transférer un patronyme. Qu'il soit culturel, social ou historique, ce patronyme ne fait que proposer un film dans lequel les séquences sont des instants de vie. L'environnement, le vécu de chacun a probablement plus d'impact sur ce que nous ressentons. Les gênes se diluent plus vite que le lien avec le mode de vie et les rencontres. Cette vision oblige à élargir le champs d'investigation en déviant de l'aspect purement généalogique. La découverte de nouveaux indices motive et assimile parfois cette recherche à une enquête. L'histoire ne peut être racontée de manière linéaire. Chaque élément, chaque personnage a droit à son histoire dans le récit tout en suivant le dénivelé et les courbes imposés par les aléas de l'Histoire et de la vie. Contrairement au patrimoine, un patronyme se voit contraint de s'adapter aux vicissitudes des évolutions sociales et des guerres. Le contenu des quelques 350 articles de ce blog a été rassemblé dans un livre intitulé "La véritable saga des PARFONRY de Neerheylissem - L'histoire d'un toponyme devenu un patronyme ".
  • Contact

Recherche

Pages

Liens