Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 20:19

        Faisant suite à la naissance d'une petite Charlotte en Alsace, digne descendante à la dixième génération de notre ancêtre commun repéré sur l'acte de baptême du 16 avril 1762 dans la commune de Neerheylissem, on ne peut nier qu'il existe une similitude, voire une certaine répétition dans le choix des prénoms au sein de notre branche des PARFONRY de Neerheylissem.

       Cette Charlotte, native de juillet 2009, ne fait que reproduire ce prénom déjà apparu en 1995 dans la lignée belge au cours de la neuvième génération. Elle  s'inscrit dans une certaine continuité qui s'était manifestée à plusieurs reprises précédemment à ce niveau de l'arbre généalogique.

        Il en a été ainsi pour le prénom de François, apparu en neuvième génération tant pour la lignée française en décembre 1976 que pour la lignée belge en avril 1982. Et comme si cela ne suffisait pas, un choix similaire s'est porté pour le prénom de Benoît, donné, et toujours pour cette neuvième génération, en mai 1985 dans la lignée belge et en novembre 1991 pour la lignée française.

         Et comment ne pas ajouter la convergence pour le prénom Georges, attribué en 1859 au frère cadet de Paulo, puis de nouveau donné au fils de ce dernier en 1894, sans doute pour faire revivre le premier décédé en 1878. Et on le retrouve par après du côté belge avec mon père, né en 1920.

        Sans oublier celui de Jean, donné à ce maître charron, né à Neerheylissem en 1762, et qui s'est perpétué via son fils.  Bien plus tard,  au cours de la sixième génération, il refait surface dans la lignée française à travers le miroir d'un oeil de maître.

      Et pourquoi ne pas mentionner que le prénom de Jean - Pierre, porté par notre sympathique " cousin solognot ", ne fait que reprendre le prénom de notre ancêtre commun, saupoudré de langue latine, apparaissant en 1762 sur l'acte de baptême de son fils.

        Il reste encore quelques prénoms qui attendent d'être reproduits en passant l'un où l'autre côté de la frontière. Mais, je ne voudrais pas perturber le libre choix des parents. Le cadre généalogique de mes données ne peut être le fil conducteur de ce moment de la vie.

        Le véritable lien au niveau des prénoms, et qui ne doit certainement pas résulter d'un quelconque hasard, se trouve dans la présence de celui d'Alexis existant au niveau des lignées belge et française.

        Le frère cadet de François-Xavier, né en 1823, porte ce prénom, qui a été donné comme deuxième prénom à mon arrière - grand - père, né en 1853. Il  le conservera ensuite dans la vie courante. Selon la logique de l'époque, on donnait le prénom du parrain au fils aîné, qui était le plus souvent le grand-père. Ce qui n'est pas le cas ici étant donné que dans cette configuration, on voit apparaître ce prénom d'Alexis, à chaque fois pour un fils cadet.
 

        Ce prénom s'est ensuite maintenu à travers les générations. Il a ainsi été attribué comme deuxième prénom à mon père, né en 1920, soit quatre ans avant le décès d'Alexis, son grand - père, de qui il le tenait. Et ce prénom, comme pour montrer son importance dans l'histoire familiale, continue à se porter de nos jours sous une forme raccourcie, avec Alex, né en 1957. Sans compter que j'aurais pu, à l'occasion de ma naissance en 1949, et selon la rumeur, prétendre au droit d'aînesse au niveau de la huitième génération, si mes parents s'étaient mis d'accord pour me l'octroyer.

       Qui donc est ce personnage qui portait ce prénom d'Alexis et qui sera donné à nos deux ancêtres à trente ans d'intervalle ? De manière inconsciente, il est resté toujours présent à travers les générations. La rumeur, cette fois, est restée muette et ne m'a pas permis de découvrir son origine.

       J'ai cru déceler la bonne piste, pensant trouver la solution dans cette famille LALLEMAND qui est liée par mariage à la lignée belge et à la lignée française. Malheureusement Alexis LALLEMAND, né en 1841 à Neerheylissem, ne peut avoir été l'instigateur de l'inclusion de ce prénom dans notre généalogie. Les dates de naissance ne permettent pas de l'admettre. Il peut même être envisagé qu'il fasse lui aussi référence à un autre personnage qui serait commun avec notre lignée.

        Reste donc à en découvrir l'explication rationnelle qui permettrait sans aucun doute de prouver qu'un lien entre les deux lignées continuait à se perpétuer par delà la frontière. Qui pourra me fournir des éléments d'indices pour la découvrir ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires