Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 13:53

      En complément de l'article précédent sur la statue de Joséphine de Beauharnais en Martinique, voici une ancienne carte postale montrant plus précisément ce que devait être l'environnement de cette statue au moment de son installation en 1856. L'endroit est manifestement plus dégagé, avec une végétation moins luxuriante, par rapport aux photos plus récentes. Et une petite grille en fer forgé, inexistante de nos jours, entourait au début le socle.

      En installant cette statue, Napoléon III, fils d'Hortense de Beauharnais, a voulu en quelque sorte rendre un hommage à sa grand-mère. Par un concours heureux de circonstances, non encore élucidé, François-Xavier en a bénéficié. Ce fut probablement la première oeuvre marquante de sa carrière de marbrier d'art. Tout au long de la première partie de celle-ci, elle a coïncidé avec la période de pouvoir de Napoléon III entre 1848 et 1870. Et qui s'est encore poursuivie après les évènements de 1870 avec cette société dite de la " Belle Époque ", tout le moins jusqu'en 1895, à l'âge de 74 ans, sa dernière année en tant que fournisseur de marbres pour la Manufacture de Sèvres. 

                                       Photo ancienne de la Statue de Joséphine de Beauharnais

                                               Josephine-copie-1.jpg 

      Et pour poursuivre en matière de pièce insolite, une boîte contenant des instruments médicaux ayant appartenu au Baron Heurteloup a été mise en vente. Ce médecin urologue a porté remède aux souffrances d'Alexis, le frère cadet de François-Xavier. Il se peut que certains des objets aient été utilisés pour lui résorber et guérir son mal que, dans les excès de sa jeunesse, il avait du supporter pendant 6 ans.

     Cette Boîte (dénommée : Mechanical leech !!) mise en vente ne peut intéresser que des amateurs versés dans l'histoire de la médecine et non des passionnés d'histoire familiale.
 L'élément le plus important concerne ce personnage.

                                                                                                                                                                               
       Charles, Louis, Stanislas HEURTELOUP (1793-1864) n'est rien d'autre que le fils du Baron Nicolas HEURTELOUP (1750-1812), Premier chirurgien des armées de l'Empire. Il est considéré comme le précurseur du développement des connaissances et de la législation en matière de lithotripsie1. Ceci lie une nouvelle fois la famille PARFONRY avec le sérail des personnes gravitant autour de Napoléon III.

    
    Le lien avec la famille impériale semble ainsi s'avérer, pour les Parfonry, réel et bien efficace. Ceci n'est pas sans rappeler que son petit-cousin, en Belgique, Emile PARFONRY, horloger de son état, a été fabricant d'un modèle dénommé " Boîte du Roi " avec l'effigie du Roi Léopold II. Et qu'un membre de la branche d'Erezée, un autre Emile PARFONRY, a fait partie d'un des premiers contingents de militaires, envoyés en 1882 par Léopold II pour appuyer la mission d'exploration de STANLEY au Congo belge. Et que le frère de ce dernier, Hubert - Narcisse, a été impliqué dans l'acquisition de territoires dans la région du Mato Grosso au Brésil entre 1895 et 1904, soutenu également par Léopold II. Sans omettre qu'une peinture de Paul PARFONRY se retrouve dans la famille GOSSET en Belgique, dont le dernier héritier pense léguer sa fortune à sa mort en 1991 à la famille Napoléon, résidant à Bruxelles, avant de se raviser de bien curieuse manière.

      On ne peut dès lors ne pas négliger le fait qu’un lien ait pu subsister durant le 19ème siècle et au début du 20ème siècle entre les deux lignées belge et française via les dynasties implantées. L'autorité de Napoléon III a perduré de 1848 à 1870 et se confond pour une partie avec les règnes de Léopold 1er (1831-1865) et de Léopold II (1865-1909). Ainsi, le premier Roi en Belgique, Léopold 1er, épousa la princesse Marie-Louise d’Orléans
(1812-1850), la fille du dernier Roi de France Louis Philippe 1er. Et Napoléon III, ce n’est probablement pas sans importance, est le fils de Louis Bonaparte (1778-1846), frère aîné de Napoléon 1er, et d’Hortense de Beauharnais, la fille d’un premier mariage de Joséphine de Beauharnais. Par cette union, on découvre l’une des explications quant à l’installation de la statue de celle qui était sa grand-mère.

      A un niveau plus stratégique et politique, Napoléon III s’intéressait particulièrement, tout comme la Belgique, à cette région voisine des Etats-Unis. Il soutint ainsi l’archiduc d’Autriche Maximilien, marié à la Princesse Charlotte (1840-1927), sœur de Léopold II, le deuxième Roi en Belgique, à devenir Empereur du Mexique de 1863 à 1867. Un peu plus tard, Léopold II s’efforcera de s’installer au Brésil et au Guatemala via des sociétés privées. Tout cela se termina cependant par des échecs. Et en Belgique, on ne peut omettre les aspects familiaux entre les deux régimes. Ainsi, la fille de Léopold II, la princesse Clémentine
(1872-1955), a épousé en 1910 à Bruxelles Victor Napoléon (1862-1926), le petit-fils de Jérôme Bonaparte (1784-1860), frère cadet de Napoléon 1er. Ce couple s’est installé à Bruxelles. De cette union, naquit Louis Bonaparte (1914-1997), né à Bruxelles et décédé en Suisse. Ce Louis Bonaparte, prince Napoléon, est donc à la fois par sa mère la princesse Clémentine (1872-1955), le petit-fils de Léopold II et par son père Victor Bonaparte (1862-1926), l'arrière- petit-fils de Jérôme Napoléon, le frère de Napoléon 1er. Tant Victor que son fils Louis porteront le titre de Chef de la Maison impériale, en raison de l’absence d’héritiers au niveau de Napoléon III. L' unique fils de ce dernier, Louis Bonaparte (1856-1879), engagé dans l’armée anglaise, est tué en Afrique du Sud peu avant le début de la guerre des Boers.

 
       Décidément, par le biais de photos insolites, on fait avancer la petite histoire de notre saga familiale. Des pièces de puzzle, qui lorsqu'elles seront mises dans un certain ordre logique, à la manière d'Hercule POIROT, permettront de faire parler la mémoire perdue. 

 

 
1 Lithotripsie : est un terme désignant l'ensemble des techniques utilisées pour éliminer des calculs (rénaux, vésicaux ou biliaires) ;
 



Partager cet article

Repost 0

commentaires