Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 20:50

      A côté de Georges, le statisticien, l'amateur de Talbot Lago, le français de la bourgeoisie, il y a aussi un autre Georges dans la généalogie des Parfonry. Ce Georges là n'est pas repris dans les rubriques du Figaro. Il a été plus discret, si bien qu'on ne retrouve presque rien de son passage parmi nous. L'un de ses mérites a été de s'intéresser toute sa vie au monde associatif local. Comme une copie non conforme de ce Georges français qu'il n'a jamais connu.     

       Georges, le dessinateur industriel, l'amateur de concours colombophiles, le belge de la classe moyenne ne survit dans la mémoire que par les seuls souvenirs véhiculés par ses proches. Peu ou presque rien n'a été retranscrit dans un livre, un document, un article de journal. Bien que d'une génération postérieure à celle de son homonyme français, il risque d'être gommé de la saga familiale que je m'efforce de retranscrire.

      On pouvait craindre que rien n'ait été conservé de son parcours en tant que Président de diverses associations locales, tout au long de sa vie. Des années 50 où il était Président d'un modeste club de football de 4ème provinciale aux années 90 en tant que Président du Conseil de gérance de l'immeuble ou il résidait, ce Georges là est inaudible, transparent, inexistant.

       Et voilà que par hasard, on vient de découvrir un article de journal qui parle de ce Georges là. Il apparait comme le maître de cérémonie d'une journée qui a du constituer peut être l'apogée de son parcours en tant qu'acteur et manoeuvre dans ce sport qu'il a pratiqué pendant près de 40 ans, la colombophilie. A la fin des années 50, il avait repris le flambeau de son père Emile, l'instituteur, en devenant lui-même un coulonneux acharné. Il était arrivé à constituer un élevage d'une certaine notoriété en allant puiser des géniteurs à l'extérieur dont la célèbre colonie Fabry de Liège.

      Georges, le belge, Président du club " L'Indépendante " de Tamines, y apparait comme l'organisateur d'une journée colombophile de grande envergure. Le journal "Vers l'Avenir", simple gazette locale, mentionne son rôle dans un article de janvier 1970, relatant l'organisation de la journée colombophile  dans la salle communale de Tamines.

 L'Indépendante de Tamines qui organise notre journée colombophile  

Les amateurs colombophiles savent déjà que la journée colombophile de « Vers l’Avenir » avec exposition de nombreux  cracks, vente de bons provenant des colombiers les plus réputés et remise des récompense à plus de soixante  lauréats, aura lieu le dimanche 1er février prochain, en la belle salle communale de Tamines ou l’on se réunira également pour le diner de circonstance. C’est la société « L’Indépendante » de Tamines, présidée par M. Georges Parfonry, qui se chargera de la mise en scène de cette grande journée.

Parfonry est entouré de tous les anciens colombophiles taminois : MM. Florent Boulanger et Joseph Lambillon, vice-présidents ; Jules Gaspart, secrétaire-trésorier ; Félicien Lahaye, Emile Debroux et Paul Bontius, membres ; Gilbert Lahaye, classificateur ; Joseph Hubeau, tenancier du local (Café Wiels-Central,) bagueur ; Joseph Wartique, enlogeur ; Edgard Parent, régleur.

 

      Et, à travers cet article du journal, on découvre toute la complexité de l'organisation d'un concours de pigeons. Avec des termes qui n'ont même pas eu la chance d'être repris dans les dictionnaires de la langue française. A côté de Georges, il y a toutes les petites mains qui font vivre un club de colombophiles. Un sport ou il est vrai, ce n'est pas l'homme qui en est l'acteur essentiel, mais un volatile intelligent qui parvient à retrouver sa maison, son pigeonnier après avoir été lâché à plusieurs centaines de km. L'équitation, ou le cheval est roi, a droit à plus de mansuétude dans les médias et dans le Larousse où le Robert. Tout le monde sait qu'un jockey monte un cheval en portant une bombe et en tenant une cravache. Et dans un autre sport, le golf a popularisé nombre de mots anglais comme Putt, Fairway, Par, Birdie, Bogey, Tees qui sont devenus familiers dans le langage. Mais qui connait la signification de mots simples comme bleu, constateur, classificateur, régleur, bagueur, enlogeur, panier d'enlogement. Et pourtant, 'c'est une vraie ruche dans le local, le samedi, au moment de l'enlogement des pigeons.  

     Il est vrai que ces pigeonnistes, comme Georges, n'ont pas retenu la leçon du Front Populaire de 1936, accordant le droit aux vacances et au repos dominical. Pour ces colombophiles, il n'y a pas de repos. Les dimanches printaniers et estivaux sont consacrés à leurs pigeons, à les envoyer bien loin pour les " constater 1"  à leur retour, quitte à rester des heures dans le jardin, à attendre une éclaircie autorisant l'ouverture des paniers. Au diable les sorties en famille ou prendre l'apéro chez le voisin. 

     Et ce Président retrouvé par bonheur dans cet article de journal n'est autre que mon père. Enfin, ce Georges là existe lui aussi dans les médias !!

 

1  Constater : action qui consiste à prendre la bague placée à la patte du pigeon lors de l’enlogement de la veille au local colombophile, de la mettre dans une petite capsule cylindrique en fer, avant de l’insérer dans un appareil (le » constateur ») chargé d’enregistrer l’heure d’arrivée ;

Partager cet article

Repost 0

commentaires