Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 21:44

      Georges PARFONRY(1894-1964), fils d'un artiste peintre et petit-fils d'un marbrier d'art, prit manifestement une voie bien différente que celle de ses ancêtres.

      Son parcours professionnel est associé au développement des machines à calculer et à l'apparition de la statistique, cette nouvelle discipline de mathématique appliquée, découlant du calcul des probabilités. C’est durant les années 30 que se développèrent les cartes perforées qui permirent d’améliorer les calculs statistiques et d’intensifier le nombre des données dans les recensements. Toute sa carrière évoluera dans ce milieu, successivement pour Machines Hollerith puis Compagnie Electro-comptable avant de devenir Directeur Commercial d' IBM France.

      Peu de choses nous sont parvenues sur sa formation et sur ses activités. Il développa notamment celles-ci dans le Nord de la France et dans la Sarre en Allemagne. Georges devait appartenir très certainement au gotha très réduit des personnes spécialisées dans ce nouveau domaine des sciences. Attestant de cela, en 1938, en poste à la Direction de la Compagnie Electro-comptable, il sera nommé Membre titulaire de la Société de Statistique de Paris. Désignation déjà importante en soi, elle prend encore plus de valeur quand on découvre le nom des deux personnes qui l'ont parrainés. (source : Journal de la Société de statistique de Paris, Vol. 79-80, CNRS, 1938, p. 65)

 

      La première est Maurice HALBWACHS (1877-1945). D'origine alsacienne, ce fut l'un des grands sociologues de l'entre deux-guerres. Membre du Conseil Supérieur de la Statistique générale de la France, Professeur au Collège de France, cet élève de BERGSON a été le premier à introduire les aspects statistiques dans ses approches sociologiques. Arrêté par la GESTAPO, il mourra au camp de Buchenwald en 1945.

 

      La seconde est Georges LEMAITRE (1894-1966). Chanoine, astronome et physicien, il est évident que sa rencontre avec Georges PARFONRY ne découle pas de son origine belge mais bien de la reconnaissance internationale dont bénéficiait ce professeur à l'Université Catholique de Louvain (UCL). Georges LEMAITRE, né à Charleroi, ordonné prêtre en 1923, n'est ni plus ni moins que le père de la théorie de l'évolution  de l'Univers, de la théorie de l'atome primitif, en soit le fameux Big bang à l'origine de la vie. Par ses travaux, et découlant de son statut de prêtre, il entrait en conflit avec l'un des préceptes fondamentaux de la religion, à savoir la création divine. Il fut l'une des rares personnes à pouvoir parler d'égal à égal avec Albert EINSTEIN, qu'il rencontra à plusieurs reprises. A partir du début des années 1930, il travaille sur un modèle d'univers non homogène et sur le rayonnement cosmique, l'obligeant de recourir aux machines à calculer. Travaillant sur la première machine mise au point par le M.I.T. aux USA, il est considéré comme l'un des premiers programmateurs européens.

 

     Manifestement, ces deux parrains, par leurs travaux, ont du collaborer sur le plan professionnel avec Georges PARFONRY. Par sa position prédominante dans l'implantation des nouvelles machines à calculer en France, il a contribué à répondre aux besoins de ces deux personnages illustres. Il était normal qu'en retour, ils apportent leur soutien pour le faire nommer à la Société de Statistique de Paris qui réunissait les personnes les plus qualifiées en statistique et calcul des probabilités.

 

     La collaboration entre Georges PARFONRY et Georges LEMAITRE doit dorénavent nous conduire à rechercher des informations dans les archives qui ont été rassemblées à la " Chaire Georges LEMAITRE " à Louvain-la-Neuve. Il est possible que l'on y retrouve des traces de certains échanges entre les deux hommes. Mais de récentes informations transmises par la responsable me signalent que sa maison a été détruite  par un bombardement en 1944 et qu'à son décès beaucoup de documents ont été éliminés par ses proches.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick Parfonry 08/11/2010 19:12


Tu étaies l'éclairage de ma lanterne de petit-fils. Ce grand-père en col dur, roulant en Talbot Lago et amateur d'art lyrique était peu enclin à partager son précieux temps avec nos niais
enfantillages. Ton regard extérieur et documenté justifie un peu plus son comportement et ses exigences.