Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 16:13

      Nos pérégrinations à travers les âges pour rechercher des écritures se rapprochant de notre patronyme nous a déjà conduit à trouver, parmi les allocataires modernes, des PARFONRY et des PARFONDRY, tous originaires de Belgique, de même que des PARFOURU, originaires du Calvados (commune de Parfouru-sur-Odon et hameau de Parfouru-l'Eclin).

     Et voici que vient d'apparaître, par le hasard d'une rencontre fortuite avec la dénommée Aliette PARFONRY, un nom à double clef (j'aime mieux cette expression que le terme  " à particules " ). Il existe de nos jours une famille qui se réfère à une ancienne appelation de " de BIGAULT de PARFONRUT ". Notre curiosité positive et constructive conduit impérativement à découvrir des informations sur ce nouveau patronyme à double clef.

    Un premier indice au niveau de l'écriture Parfonrut s'avère un élément à mettre en relation avec nos découvertes antérieures. L'ajout de la consomme "T " est une caractéristique que nous avions déjà relevé dans l'écriture de la commune de PARFONDRUPT (55400), située dans le Département de la Meuse, entre Verdun et Metz. A l'occasion d'un séjour récent dans les Vosges, il avait également été observé que plusieurs endroits étaient affublés du terme " RUPT ", en particulier non loin de Gerardmer (88400) en région lorraine (Xonrupt, Bas-Rupt, Xamontarupt, Jussarupt, Sarupt,...) découlant d'une particularité au niveau du langage local par rapport à nos terminaisons en " RU " ou " RY ".

    Une immersion dans les données généalogiques de ces régions de l'Est de la France apporta la confirmation  de l'origine de ce nom de famille. Il est, comme c'est souvent le cas, la fusion de deux noms de famille. Le premier concerne Louis BIGAULT d'AVOCOURT de TROISFONTAINES, né en 1704 dans la localité Les Islettes et décédé en 1765 à Vienne-le-Château. Le second, son épouse, est la dénommée Anne de CONDE de PARFONRUT, née quelque part en 1717 et décédée en 1771 également à Vienne-le-Château. 

       De cette union, naquit le dénommé Jean-Marie de BIGAULT de PARFONRUT de MALBERCK (1756, Vienne-le-Château - 1821, Lachalade) qui exerça la profession de Maître Verrier et devint propriétaire de l' Abbaye de La Chalade en 1791. Il se maria en 1776 avec Marie Madeleine du HOUX de MONTIGNY. 

      La génération suivante se poursuivit dans la même logique des croisements de noms. Le simple plaisir des noms des époux et des épouses me pousse à donner un aperçu non limitatif de la succession. L'innovation dans la terminologie des noms à rallonge n'a ainsi aucune limite.     

      Pour trois des enfants de ce  couple, on ne peut s'empêcher de savourer les unions suivantes :

         - Jacques, Charles de BIGAULT de PARFONRUT (1777, Vienne-le-Château - 1859, Les Islettes), Maire de la commune de Lachalade ; marié à Charlotte, Félicité de SIMONOT (1787 -1826 ;  ce couple eut 3 filles

         - Anne-Sophie de BIGAULT de PARFONRUT (1778, Vienne-le-Château - 1849, Lachalade) ; mariée à Charles-François de BIGAULT du GRANRUT (1767-1834)1 ; ce couple eut 3 garçons et 4 filles

         - Charles-François de BIGAULT de PARFONRUT (1787, Lachalade - ......) ; Juge de Paix du Canton de Varennes ; marié à Alexandrine- Henriette de BEFFROY ; ce couple eut 4 filles 

      La mention des lieux de vie des différents couples relève d'une cohérence géographique. Les trois communes dans lesquelles ont transité les différentes générations, à savoir Vienne-le-Château (51800), Lachalade (55120) et Les Islettes (55120) sont localisées dans la région naturelle de l'Argonne. Région de forêts et d'étangs, celle-ci a constitué depuis la nuit des temps, à savoir la partage de l'Empire de Charlemagne, une zone de conflit entre la France (Champagne) et le Saint-Empire romain germanique (Lorraine). Petit rappel pour signaler que la Lorraine constitue l'héritage de ce qui fut appelé Haute-Lotharingie (comprenant les diocèses de Metz, Toul, Verdun et Trèves) au moment de sa séparation en 959 avec la Basse - Lotharingie, laquelle se réduira par la suite au seul Duché de Brabant en Belgique. Et pour mémoire, c'est dans l'un des villages de cette région de l'Argonne (Varennes) que se termina la fuite de Louis XVI et de Marie-Antoinette, espérant déserter leur royaume de France pour aller rechercher la protection des Habsbourg.

     Une autre recherche nous fait découvrir une lignée remontant à un dénommé Chrétien de CONDE, Seigneur de Parfonrut  dont la descendance est composée de deux filles. L'une Louise de CONDE est née en 1661 à Vienne-le-Château et décédée en 1724 à La Harazée2. La seconde Marie de CONDE de PARFONRUT, née en 1675 et décédée en 1716 à Vienne-le-Château confirme bien de la présence dans la région de l'Argonne. Quant à Anne de CONDE de PARFONRUT, déjà mentionnée, elle est la fille d'un dénommé Charles de CONDE de PARFONRUT, Seigneur de Therme et de Malberck. Compte tenu de son année de naissance en 1717, son mariage a pu avoir lieu durant la période du règne de Stanislas LESZCZYNSKI, déchu de son titre de roi de Pologne, et ayant obtenu en viager le duché de Lorraine en 1737 avec l'assentiment de Louis XV3 et des puissances européennes. La Lorraine4 entrait ainsi dans le giron de la France ce qui fut définitif en 1766 au décès du duc. Parfonrupt faisait intrinséquement partie du duché de Lorraine tout comme Avocourt et Troisfontaines, les noms à double clefs de l'époux, de même que les trois localités de l'Argonne déjà citées. On suppose que les unions entre les familles aisées de Lorraine furent favorisées afin de rechercher des alliances de territoire qui permettaient d'accroitre la richesse industrielle de la Lorraine à cette époque.

      D'autres recherches ont permis à ce jour de déterminer d'un lien ancien entre les communes de Condé et de Parfonrupt (source : M. de Saint ALLAIS (1841) : Nobiliaire Universel de France, Paris, Tome 20). Cette famille de CONDE est en fait originaire de la commune de Condé, située dans le Hainaut sur l'Escaut, près de Valenciennes. Elle portait le titre de Baron de CONDE, Seigneurs de BELOEIL et de MORIAMES depuis 1200. En 1318, ils quittent apparemment leur ville de Condé pour se disperser à travers la France et l'Espagne. Et on retrouve l'un d'entre eux, Lancelot de CONDE, considéré comme  "tige d'une branche considérable, possédant en Lorraine les seigneuries de Serres, de Souhèmes, de Parfourut et de Busgnicourt ". Il se  marie en 1532 avec Claudine de CONDE.  

      Ce mariage entre "cousins " a du être assez fréquent car dans la génalogie de cette famille de CONDE, sur Généanet, on fait mention d'un recours à une dispense papale pour un autre mariage de ce type. Ce fut le cas pour le mariage de Marie de CONDE de PARFONRUT, déjà citée, avec Jacques de BIGAULT, dont la descendance s'appelera désormais DE BIGAULT de GRANRUT, omettant la référence au lieu Parfonrut. Il semble qu'aucune famille ne porte plus de nos jours la référence à la seigneurie de Parfonrut.

     En conclusion, si aucune confirmation d'un lien avéré avec la commune actuelle de Parfondrupt ne peut être affichée, le fait de l'existence d'un Seigneur de Parfonrut au XVIIème siècle et la concentration géographique des lieux incitent à authentifier de l'existence d'un autre centre d'origine de formation de notre patronyme dans cette région de Haute-Lotharingie, dont la création remonte au partage de l'empire de Charlemagne. Origine qui doit probablement exister en lien avec le ruisseau de Parfonrut qui se jette dans la Biesmes en ondulant dans cette forêt de l'Argonne5.

      Quant à trouver un certain rapprochement entre l'onomatopée RUT avec la période de reproduction des cervidés, il y a là une diversion que je n'ose pas introduire. La symbiose serait trop fluide pour permettre toute similitude avec un écoulement d'eau mais les linguistes distingués du Larousse nous rassurent en établissant le lien du mot rut avec le latin rugitus, venant en harmonie avec le rugissement du mâle. Oufti !! ceux de la lignée des GRANRUT peuvent être rassurés. Tout en m'efforçant de donner le maximum d'éléments instructifs, le côté ludique reste de temps en temps une touche qui s'inscrit quelque part sur la toile.

 

1 C'est cette famille du GRANRUT qui poursuivra la gestion de  la verrerie ;

2 La Harazée est de nos jours le lieu de la Nécropole Nationale rassemblant les soldats morts lors de la bataille de l'Argonne à la guerre 14-18 ; situé sur le territoire de Vienne-le-Château ;

3 Louis XV reçut pour épouse Marie LESZCZYNSKA, la fille du duc de Lorraine ;

4 La région lorraine de nos jours est composée des Départements de Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle et Vosges;

5  C'est le long des ce ruisseau de Parfonrut qu'ont vu le jour deux verreries de la famille de Bigault ;

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme 09/04/2014 16:51

Le Parfonrut est encore un ruisseau qui se jette dans la Biesme (forêt d'Argonne), et auprès duquel au moins deux verreries (des Bigault) ont vu le jour.