Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 00:00

     La réponse à la question s'efforçant de déterminer lequel des deux fils de Paul Parfonry était énoncé dans la liste des élèves du Lycée Carnot ayant bénéficié en 1906 d'une mention particulière restait toujours d'actualité  (voir article : Au lycée Carnot à Paris : Georges où Jean ?). La publication de cet article en avril 2012 fut même corroboré par la découverte d'une énumération similaire au cours des deux années scolaires qui suivirent. Mais toujours, sans mention du prénom qui aurait pu permettre d'en attribuer la paternité. Seule la présence adjacente d'élèves portant le même nom attestait de l'existence de la même personne.

Journal des débats politiques et littéraires

Lycée Carnot. Distribution des prix. Elèves le plus souvent nommés

31 juillet 1906
Division élémentaire - Septième (1ere division) : Parfonry, Dufourg, Demenge, Ehrlich, Mole, Poulain, Ruff, Bickart.

01 août 1907
Division élémentaire - Sixième A (3ème division) : Richemond, Ehrlich, Bickart, Demenge, Parfonry, Pissaro.

07 août 1908
Division élémentaire - Cinquième A (3ème division) : Richemond, Bickart, Parfonry, Stern, Blum.

    Allait-on rester sans certitudes sur le prénom de cet élève qui, avec une constance manifeste, se retrouvait régulièrement dans le palmarès de fin d'année de ce lycée Carnot de Paris ?
     Malgré certaines suppositions émises au sein de la famille sur les aptitudes scolaires avérées de l'un des deux frères, il restait à confirmer ces allégations. C'est ce qui fut fait en découvrant dans le supplément du Journal Le Figaro de 1910, les résultats d'un concours de devinette. Le problème à solutionner consistait à reproduire une figure géométrique sans lever le crayon, soit d'un seul trait.  Certains résolvaient le sujet en se montrant très innovant et très prolixe dans la diversité des reproductions de la figure. Moins prolixe mais voulant se démarquer de ceux et celles qui se limitèrent à une seule solution, on trouve la mention de Jean PARFONRY dans la série des réponses avec deux solutions. Juste de quoi s'individualiser  pour ne pas se retrouver dans la masse de ceux qui se limitent dans l'effort.

Le Figaro, Supplément jeunesse illustrée, 28 juillet 1910
Notre dernière devinette comportait plusieurs solutions. Nous n'en donnerons, faute de place, qu'une seule. Mais, nous devons accorder une mention spéciale à M. Georges Harle, qui nous en a envoyé sept différentes et à Melle Fanny Robin qui en a trouvé trois. Voici les noms des autres devins : ..............., Jean Parfonry (avec deux solutions) ,..........
Signé : Le Figaro de la jeunesse

      Cette fois, un prénom était bel et bien mentionné. Celui de Jean, confirmant par là ce qui avait été pressenti au niveau familial. La continuité dans les résultats scolaires et la perspicacité à trouver la réponse à la devinette venaient confirmer les appréciations formulées. Il était manifestement trop hasardeux de donner corps à ce que j'avais pu avancer dans l'article précédent, en mettant de manière trop prononcée, le goût des études sur Georges. La mémoire a pu cette fois s'affranchir de toute incertitude et de toute absence de références pour en affermir la réponse,  ce qui peut être considéré comme  une réelle exception.

Partager cet article

Repost 0

commentaires