Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 18:40

Une chope en faïence portant l’inscription «Hougaerde A. Parfonry »  s’est perpétuée en deux exemplaires jusqu'à nos jours. La partie inférieure est cachetée d'un écusson comportant en son centre un lion entouré de la mention " Société Céramique Maestricht - Made in Holland ". La forme de l'écriture reprend ainsi la transcription de la fin des années 1800 et du début du XXème siècle, contrairement à la forme d'écriture de Hougaarde en 1936 et de Hoegaarden de nos jours. C’est probablement l’une des pièces les plus anciennes encore visibles de la lignée belge avec les montres à gousset de l’horloger et le diplôme sur parchemin de l’instituteur. Cette chope a appartenu à Alexis PARFONRY (1853-1924), mon arrière-grand-père.

Créée en 1851 à Maastricht, haut lieu de la fabrication de poteries et de céramiques, cette petite entreprise fut reprise en 1859 par un ingénieur belge, Guillaume Lambert, en prenant le nom de Société Céramique quatre ans plus tard. Elle poursuivra son activité jusqu'en 1958.

 

                                                      La chope d'Alexis

                                           (Hauteur : 100 mm ; diamètre supérieur : 80 mm)

La-chope-d-Alexis.jpg

 

Cette pièce est à mettre en relation avec l’industrie brassicole qui s’est développée dans l'enclave liégeoise d’Hoegaarden. Ayant bénéficié d’avantages fiscaux indéniables pour se promouvoir depuis le Moyen – âge, ce secteur agro – alimentaire devait encore imprégner fortement les mentalités, à l'époque d'Alexis. Neerheylissem, le lieu d'habitation, n'est situé qu'à quelques km de cette localité. Et de nos jours, on peut sans peine imaginer que la paroi interne de cette chope est toujours imprégnée de cette « Blanche », brassée depuis le XVème siècle dans cette localité d’Hoegaarden et connue mondialement. Ce qui doit sans doute être le cas du second exemplaire, visible dans la maison mère de la rue des Charrons à Neerheylissem, à la paroi interne brunie, témoignage d'une utilisation plus régulière. Comme une preuve que cette chope s'était retrouvée dans l'enclos familial et n'avait pas du subir des déplacements réguliers.

D’autres exemplaires de ce modèle devraient aider à préciser comment cette chope est arrivée dans les mains d’Alexis. Objet utilitaire par excellence, il est difficile de croire qu'il peut s’agir pour l’époque d’un article acheté lors d’une visite touristique à Maastricht.

   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

agnès Parfonry 31/01/2011 19:31


Bonjour cousin-chercheur,
Il existe un autre objet témoin de notre lignée, j'ai en ma possession un verre en cristal gravé au nom de François Xavier Parfonrÿ avec une date en médaillon 24 mars 1833, le verre est orné d'un
paysage et d'un angelot qui grave avec une flêche le mot "souvenir" sur un tronc d'arbre. C'est sûrement un verre de communion qui est taillé de façon artisanale apparemment.
Je n'avais pas pensé à l'intérêt de cette pièce pour notre blog. Je n'ai pas mon appareil sous la main mais je demande à Marguerite de faire de jolies photos et je les envoie au blog. Je pourrais
aussi photographier le tableau de Paul que je possède, une nature morte, un bouquet de roses.
Agnès


PARFONRY 01/02/2011 15:02



Superbe information. Manifestement, si la date est exacte, cela constitue un objet pertinent sinon essentiel dans ma quête du Graal. Vérifie s'il n'y a pas d'indications sur le fabricant
pour en découvrir la provenance. Ce serait donc un objet que FX aurait soit emmené avec lui quand il a émigré vers la France, soit serait venu rechercher par la suite. Efforce toi d'en
faire plusieurs photos, sous toutes les coutures, pour en avoir le plus de détails. Fissa, fissa