Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:59

       Voici un article, en provenance du journal Le Soir indiquant que le site de la Commanderie de Chantraine, ayant appartenu à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, est en restauration.  Lieu de passage pendant plusieurs décennies, durant les XIV et XVèmes siècles, des chevaliers de Parfondry, qui en ont été à trois reprises les Commandeurs (voir autres articles sur ces chevaliers dans ce blog), ce sauvetage devrait réjouir tous ceux qui portent ce beau toponyme. Une visite à la rue du ruisseau Saint-Jean est désormais à intégrer dans le circuit touristique du Brabant wallon de l'Est, organisé à l'attention de toutes les personnes portant ce nom, en particulier ceux de la branche de Neerheylissem.

      Compte tenu du montant de l'investissement indiqué en anciens francs, cet article a été publié avant l'apparition de l'Euro, très probablement en 1996, selon les autres indications annexes de l'article.

 

LE PASSE RECOMPOSE DE LA FERME DE CHANTRAINE  AU TEMPS DES VALEUREUX CHEVALIERS CHACUN SON HISTOIRE

DELLISSE DANIEL

A Huppaye, un Hollandais investit cinquante millions (ndrl: soit 1 250 000 €) dans la restauration d'une ferme datant des Croisades.

Une grande grue devant un pignon sans toit. Une roulotte de chantier en bordure d'une route pleine de boue. Le spectacle que présente, depuis deux ans, la rue du Ruisseau Saint-Jean, à Huppaye (Ramillies), ne laisse planer aucun doute : on restaure la ferme de Chantraine. L'ancienne «commanderie de Chantraine », initialement bâtie pour un chevalier de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, à la fin du XIIe ou au XIIIe siècle.

Le généreux mécène n'est pas du cru. Il est hollandais. Jan Broekhoven, des «Broekhoven Agencies», un commerce d'importation de textile qu'il gère avec sa femme Kathleen, une Gantoise sensiblement plus jeune que lui.

J'ai toujours été dans le textile, raconte Jan le sexagénaire, avec son accent chuintant d'outre-Moerdijk. Je vis en Belgique depuis vingt-deux ans. Nous aimons beaucoup les vieilles pierres. Avant, nous étions installés à Turnhout. Nous voulions une position plus centrale. On a cherché dans un rayon de vingt kilomètres autours de Wavre, et on a eu le coup de foudre pour cette ferme. Pour les bâtiments, mais aussi pour les terres autour. Quatre hectares. Parce qu'on a aussi un cheval.

C'est donc en 1994 que les Broekhoven ont quitté la province d'Anvers pour le Brabant wallon. La première année, ils ont travaillé dans des containers aménagés. Après quoi les collections ont pu trouver refuge dans les anciennes étables, fraîchement reconverties en bureaux. Dans la foulée, les écuries, le hangar et les douves ont également été rénovés. Restent la grange, le corps de logis, les étranges caves annexes et l'ancienne chapelle (devenue étable), le seul bâtiment du XIIe  encore debout. Un vestige de l'époque des Croisades auquel sont récemment venus s'ajouter des fragments de dalle funéraire, retrouvés en creusant le sol. Investissement global : cinquante millions.

La restauration de la chapelle clôturera donc les travaux. Une chapelle qui devrait retrouver son affectation initiale. L'aboutissement d'une belle histoire de famille.
Au siècle dernier, les neuf enfants d'une de mes aïeules ont été sauvés du choléra, raconte Kathleen. En guise de remerciement, elle a fait construire un autel, en souhaitant qu'il reste dans la famille. Il prendra place dans la chapelle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires