Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 08:47

      Parmi les nombreuses pièces d’art sorties des ateliers du marbrier François-Xavier PARFONRY, on relève, dans un livre écrit par Jules MESNARD, un grand critique d'art de l'époque, les deux fontaines jumelles, œuvres de l’architecte Gabriel DAVIOUD1 et du sculpteur François Théophile MURGUET, installées en 1865 sur la place de la Madeleine à Paris.

MESNARD Jules : Les Merveilles de l'Exposition universelle de 1867, Arts - Industrie, Tome second, Imp. Générale Ch. Lahure, Paris
 ….La cheminée Renaissance en marbre noir ainsi que la précédente vient des ateliers de MM. Parfonry et Lemaire. Elle est remarquable de dessin et de sculpture. ....Il n’en pouvait être autrement des œuvres sorties de cette maison qui à l’Exposition universelle a obtenu de la façon la plus honorable la médaille d’or de l’industrie marbrière. Quoique exposant pour la première fois, cet établissement qui jouit à juste titre d’une haute réputation, est connu pour avoir exécuté pour la ville de PARIS les fontaines de la place de la Madeleine (M. Davioud, architecte) ;
 

     Cette place de la Madeleine porte le nom de l'église qui s'y trouve en son centre. On peut se poser la question s'il existait une raison d'installer ces fontaines jumelles à cet endroit. Historiquement l'une des maisons de cette Place a été le lieu de réunion  des députés de l'opposition en 1848, ayant abouti au renversement de la monarchie de Louis-Philippe et à la proclamation de la deuxième République. Elle a également été le lieu du premier regroupement, dans la journée du 22 février 1848, entre les étudiants et les ouvriers, ayant conduit à ce qui fut appelé les journées révolutionnaires du 22 au 25 février 1848. Et circonstance majeure durant cette période révolutionnaire, le rôle de la Garde Nationale " se posant en arbitre entre l'armée et le peuple en protégeant les ouvriers " a été l'élément déclencheur de cette révolution, en ne prenant pas parti pour le roi.

 

      Ce dernier fait n'est pas sans rappeler la lettre de François-Xavier qui écrivait au Ministre de la Justice le 20 juillet 1867, pour se défendre vis à vis de sa condamnation à deux mois de prison, dont voici un extrait :

 

                      .... J'ai agi avec jeunesse et obstination, sans vouloir porter la moindre atteinte aux principes d'ordre et d'autorité que j'avais défendu au péril de ma vie, dans les rangs de la Garde Nationale aux jours difficiles que la France a eu à traverser.....  

 

      Cette lettre, écrite peu avant d'obtenir son décret impérial de domiciliation, et avant la guerre franco-prussienne de 1870, fait très certainement référence à ces évènements de 1848 au cours desquels la Garde Nationale a soutenu le soulèvement du peuple de Paris.

 

      Manifestement, le positionnement de ces deux fontaines sur la Place de la Madeleine doit se décrire en lien avec les évènements de 1848. La Place de la Madeleine méritait qu'on lui offre un décor visuel reposant, à l'image des vasques d'eau et des festons de ces fontaines.  La quiétude des regards dans ce Paris soumis à la révolution haussmannienne devait succéder à l'agressivité des cris révolutionnaires du peuple. Et François-Xavier y trouvait quant à lui probablement, en supervisant la finition dans son atelier,  le souvenir des évènements de février 1848 qui lui auront permis de transpercer les ukases de ceux qui lui avaient refusés pendant plusieurs années d'être considéré comme un citoyen français. Pour rappel, sa demande d'admission à domicile est déjà actée dans une lettre du 2 mars 1864 du Ministre de la Justice au Préfet de la Seine.

 

       Les deux fontaines ont été hélas déplacées par la suite. Même si la Place de la Madeleine était devenue l'une des places les plus huppées de Paris, on ne peut croire que le simple accroissement de circulation puisse expliquer ce transfert. Le symbole  qu'elles continuaient à représenter ne faisait plus partie du nouveau contexte politique et sociologique de ce huitième arrondissement. On pouvait craindre qu'elles ne restent un lieu de rassemblement d'une nouvelle révolution. Il fallait briser le mythe. C'est ce qui s'est sans doute opéré dans les années suivantes en les remplaçant par deux autres symboles forts.

 

       En 1903, l'une des fontaines fut transférée sur le square de la Place Santiago du Chili (7ème Arndt.) pour faire place à une statue de Jules SIMON2, un des allocataires de cette Place de la Madeleine qui, en tant que Ministre de l'Instruction publique dans le premier gouvernement d'Auguste THIERS en septembre 1870, avait déposé le projet d'enseignement primaire obligatoire. La seconde fontaine suivra le mouvement en 1909, remplacée cette fois par un monument à Victorien SARDOU3, qui venait de décéder et dont le talent d'auteur de comédies sociales (Madame Sans gênes) se devait d'être honoré par une oeuvre d'art. Exit donc la fontaine de François-Xavier qui était déjà, quarante années plus tard, d'un autre temps et qui se retrouvera désormais Place François 1er (8ème Arndt.)4, enjolivant de nos jours la promenade des animateurs des Grosses têtes sur RTL. Un nouveau message était transmis. Le savoir et la culture remplaçaient l'art de la pierre et la pensée subversive.

 

                                               Fontaine Place Santiago du Chili (7ème Arndt. Paris)

 

Fontaine-Chili.jpg

                                               Fontaine Place François 1er (8ème Arndt. Paris)

   Le bassin est large et circulaire avec un piédouche de marbre blanc soutenant la vasque. Le piédouche est constitué de quatre griffons ailés et élégants. La vasque est ornée d'une petite galerie des croisillons et de douze têtes des lions qui distribuent l’eau dans le bassin. Une colonne cylindrique et évasée en haut s’élève du centre de la vasque. Elle est décorée de quatre visages des femmes 5

(voir site http://www.visites-guidees.net/article-fontaine-place-francois-1er-97128671.html pour visionner d'autres photos de cette belle fontaine)

    Sur un autre site, cette fontaine est considérée comme faisant partie de la catégorie des " fontaines les plus charmantes de Paris ".

 Fontaine-Francois-1er.jpg

 

1 Gabriel DAVIOUD (1823-1881) : important architecte parisien de la période haussmannienne; créateur de nombreux monuments, en particulier de nombreuses fontaines à Paris ;

2 Jules SIMON (1814-1896) : philosophe et homme politique qui habita cette Place de la Madeleine ;

3 Victorien SARDOU (1831-1908) : auteur dramatique ;

4 Article Wikipedia : Place de la Madeleine ;

5 Extrait du livre : Les fontaines de Paris : l'eau pour le plaisir; Paris 2008, p. 241,274 de Marie Hélène LEVADE et Hugues MARCOUYEAU ;

Partager cet article

Repost 0

commentaires

agnès Parfonry-Verret 01/11/2012 17:17

Chapeau-bas cousin ! Ta persévérance documentaire et historique porte ses fruits.
Tu as retrouvé nombre des réalisations de notre aïeul. Bientôt le voyage d'études à Paris sera envisageable.
Je pense au blog (photos, articles...)Maintenant que je suis revenue d'Amériqu, au