Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:17

      Une charte en latin, faisant partie des archives retraçant l'histoire de l'église Saint-Pierre de Villers-le-Temple (E papyris pastoris Villari Templi) apporte une preuve indéniable de l'origine toponymique de notre patronyme.

      Cette charte fait référence à ce chevalier Ameil de Parfondrieu de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Datée de février 1370, il n'est pas encore commandeur de Chantraine mais officie en rive droite de la Meuse à Villers-le -Temple.

 

    " Noveritis quod in iure coram nobis propter hoc personaliter constitutis honorabilibus viris fratre Amelo de Profundo Rivo, Preceptore domus de Villari Les Temples Ordinis Sancti Ionnis Ierosolimytani, partem faciente pro Ordine predicto ut procuratore et nomine procuratoris ipsius Ordinis et pro ipso, vigore procuratorii Fratris generalis, sigillo venerabilis viris fratris Henrici de Sancto Trudone domini de Chantraine ...."

 

      Sans vouloir décortiquer l'entiereté du texte latin, la transcription sous la forme d' " Amelo de Profundo Rivo " indique manifestement que la formation de ce nom découle d'une notion topographique liée à la présence d'un cours d'eau situé dans une vallée profonde. Et dans ce contexte, les petites rivières des vallées de l'Amblève et de l'Ourthe inférieure, proches des lieux où la consonnance du nom s'est maintenue dans le paysage concorde avec l'existence d'un certain nombre de lieux-dits gravitant autour de ce toponyme dans cette région. Sans parler du village de Parfondruy, à proximité de Stavelot, qui mérite désormais qu'on y porte une attention particulière.

    Mais il convient aussi de conserver en mémoire ce terroir de Parfondry, en rive droite de la Meuse, en face de l'abbaye de Flône, entre Liège et Huy. Il n'est probablement pas étranger à cette appelation dans le texte ci-dessus.

     Les indices s'accumulent. On ne peut désormais nier de l'origine de notre nom.

Partager cet article

Repost 0

commentaires