Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 14:04

      Le frère de François-Xavier PARFONRY, dont on n'avait pas réussi à obtenir de nouvelles jusqu'à ce jour, vient de se faire découvrir. Connaissant son existence, suite à l'inscription de son nom sur le monument funéraire de la famille au cimetière de Créteil, il n'avait pas laissé de traces dans la mémoire.

      Alexis, c'est son prénom, est né probablement en 1828, soit sept ans après son frère François-Xavier. N'ayant pas été retrouvé dans les registres de Neerheylissem, comme les autres membres de la famille à cette époque, son lieu de naissance reste à identifier. La réponse à cette question viendra probablement de la découverte du lieu vers lequel s'est dirigé son père Jean. Certaines informations laissent croire qu'il se serait installé à Anvers.

      Étant donné sa présence dans le caveau familial, on supposait jusqu'à présent, qu'Alexis avait accompagné ou rejoint son frère aîné à Paris. Cette intuition vient de nous être confirmée, suite à la découverte d'un document médical, écrit par le Baron HEURTELOUP, et intitulé :

Rétrissement de l'urètre. Guérisons immédiates. Deuxième édition; Labé Editeur, Librairie de la Faculté de Médecine, 1859, Paris ;


Le 6 mai 1857 je reçus la visite de M. Parfonry, employé chez son frère, marbrier, rue Saint-Pierre-Popincourt, n° 28. Ce malade était dans un état de rétention complète, qui alternait avec la possibilité d'évacuer ses urines goutte à goutte et avec épreintes. De plus, il était affligé d'une blennorrhée abondante. Voici l'histoire que M. Parfonry me donna de son affection.

      Ce texte est suivi d'un compte rendu d'une visite effectuée auprès du Baron HEURTELOUP, médecin urologue. Il nous donne certains éléments sur lui. L'un d'eux confirme notamment le fait qu'il travaillait bien chez son frère marbrier au 28, rue Saint-Pierre-Popincourt, dans le 11ème arrondissement.

      Ayant contacté à plusieurs reprises la blennorragie, dès l'âge de 18 ans, on y décrit, avec de nombreux détails, les affections et les traitements antérieurs subis avant la visite du 6 mai 1857, effectuée auprès de ce praticien. On pourrait en retenir que le sacro-saint secret médical n’était assurément pas de mise à cette époque si les témoignages de patients n’y étaient repris que pour justifier d’une avancée dans le traitement médical. Dans ce cas précis, il s’agit  du rétrécissement de l’urètre ne recourant pas à l’usage de corps dilatants. Alexis fut opéré le 9 mai suivant.

      Et le document, se termine par deux lettres explicites, écrites par Alexis, et adressées au médecin pour l'assurer des bons résultats de l'opération. On y découvre ainsi son lieu d'habitation dans le quartier Saint-Antoine. Alexis est décédé à Paris en 1876.
 

Lettres d’Alexis PARFONRY au Baron HEURTELOUP, médecin urologue

 
                        29 mai 1857

 
           Je viens dire à M. Heurteloup que son opération a parfaitement réussi ; elle a été faite  sans que j’aie éprouvé de douleurs. Je me vois débarrassé de mon rétrécissement, car je pisse fort bien, et je suis également et tout à fait débarrassé de mon écoulement.

 

            2 août 1859

 

Monsieur le Baron,

Je réponds à votre petit billet du 23 juillet.
Par suite de vos opérations, je me plais à vous témoigner toute ma reconnaissance pour les résultats que j'ai obtenus presque sans douleur.
Lorsque je m'adressai à vous, j'étais désespéré par plusieurs années de traitement par le système bougie et sonde en raison des affreuses souffrances que ce traitement m'occasionna et cela sans résultat. 
Grâce à vous, Monsieur le baron, j'éprouve aujourd"hui un soulagement radical; la miction se fait très facilement, et la blennorrhée a entièrement disparu. Je suis heureux de pouvoir constater ce fait, et je vous prie d'agréer les remerciements bien sincères de votre tout dévoué serviteur.

PARFONRY
Rue Traversière Saint- Antoine, 29

 

En dépit de cette description de cette maladie dite honteuse, comme seul sujet de découverte, sa retranscription présente une incidence bénéfique à très long terme.

 

«  En l’occurrence, ces lettres si intimes de ce grand-oncle nous livrent un petit pan de vie permettant de lui faire retrouver sa place dans notre cercle familial »1.


 1 Synthèse des commentaires d’Agnès et de Patrick PARFONRY faisant suite à cet article publié le 13 octobre 2009 dans le blog et relatant cet épisode ;


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick Parfonry 20/11/2009 16:46


Comme quoi une maladie dite honteuse peut avoir des incidences bénéfiques à très long terme. En l'occurrence ce grand-oncle vient de retrouver sa place dans notre cercle familial. PP


Agnès Parfonry-Verret 22/10/2009 20:59


Bravo Roland !!! Je savais l'adresse d'Alexis (dans les actes que je vais t'envoyer ne désespère pas). Cest incroyable ces lettres si intimes qui nous livrent un petit pan de vie de ce frère que je
sais demeuré célibataire. Je ne pense pas qu'il soit né à Neerheylissem car je n'ai ps trouvé son acte de naissance. Je pense qu'il faut chercher à Anvers ou à Gissoncourt.J'irai aux archives à
Paris pour chercher son décès que je n'avais pas trouvé la dernière fois;
Bravo et à bientôt,
Agnès