Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 11:26

       Voici une synthèse des recherches effectuées sur Don Diego PARFONDRY, apparaissant en Espagne dans le courant du XVIIIème siècle. Sur la base des informations rassemblées, on y trouvera quelques explications historiques permettant d'intégrer la petite histoire de ce personnage dans la grande Histoire.

 

La découverte d’un Don Diego PARFONDRI, décédé en Espagne en 1773, est sans aucun doute une des mentions les plus anciennes du patronyme à l’étranger. Il est diplômé du Real Cuerpo d’Ingenieros Militares vers 1730. Ce corps d’élite a été créé en 1711 par Don Jorge Prospero VERBOOM (1667, Anvers-1744, Barcelone) d’origine flamande. Ce dernier fut appelé par le roi Philippe V pour organiser les ingénieurs militaires espagnols sur base de sa connaissance de l’Académie militaire de Bruxelles ou il avait étudié. Pour le recrutement, ne disposant pas suffisamment au début de nationaux espagnols, il fut fait appel pendant les premières années à des étrangers. Dans le contexte historique, on se trouve à ce moment peu après la fin de la période des Pays-Bas espagnols qui s'est étendue de 1506 à 1710.

L’hypothèse la plus plausible, compte tenu de sa date estimée de diplôme vers 17301  est qu'il ait été recruté tardivement. Selon une première source, cette filière semble s'être éteinte assez rapidement car il n'y aurait plus eu d'arrivées d'ingénieurs flamands2 après 17183. Autre explication est qu’il soit le fils d’un soldat des Gardes royales wallonnes4, régiment composé de militaires recrutés en Hainaut, Namur et Principauté de Liège qui vit le jour en 1702 pendant la guerre de Succession d’Espagne. Cette guerre opposa, entre 1701 et 1714, la France et l’Espagne contre l’Angleterre, l’Autriche, les Provinces Unies et le Portugal, et plusieurs batailles se déroulèrent en Espagne (Almanza, Saragosse, Villaviciosa, Barcelone). Cette guerre permit d'asseoir les Bourbons sur le trône d'Espagne, en la personne de Philippe V, petit-fils de Louis XIV. En contrepartie l'Espagne abandonna ses territoires du Nord aux Habsbourg. Les Pays-Bas devinrent autrichiens de 1715 à 1792. Quant au régiment des Gardes wallonnes, il ne fut dissous qu'en 1822.

Une étude spécifique5 donne des informations complémentaires assez importantes sur ce Don Diego PARFONDRI. On y apprend qu'il portait le grade de lieutenant colonel, accordé suite à une décision du Roi d'Espagne en 17626, et avait le titre d’ingénieur en second. Il a notamment réalisé une étude pour fortifier la ville de Calpe en Espagne. Sa bibliothèque était constituée de 23 livres7 dont 13 étaient relatifs à des livres professionnels (mathématiques, génie militaire, artillerie,…)8.

 

Le nom de Don Diego PARFONDRY est ainsi confirmé dans plusieurs recueils relatant des épisodes de cette période9.

 

1747: Erección de las murallas de Calpe(sur base d'un document de Pascual MADOZ en 1842)10

 

En Mayo de 1745, el cura de Calpe, Mosén Roque Vives, en misiva dirigida al Marqués de la Ensenada, previene de los trágicos sucesos acaecidos en la villa durante el año 1637 y solicita se tomen las oportunas medidas para defender tales insultos con la reparación y mejora de la fortificación entonces existente. En Julio del mismo año el ingeniero jefe Don Nicolás Bodín realizaba un primer reconocimiento sobre el terreno, levantando los primeros planos......

Hasta aquí llegó la intervención de nuestro técnico por su fallecimiento repentino...... Sobre la base de sus planos fue el ingeniero extraordinario Don Diego Parfondry quien instruyó la disposición de las muralla, parapetos con sus aspilleras, la colocación de buenas puertas bien herradas y el cierre de todas las bocacalles del arrabal, cegando las puertas y ventanas que dieran al campo y abriéndolas hacia el interior de las calles. El 24 de Mayo de 1746 un nuevo informe del ingeniero Don Carlos Desnaux contradice lo aconsejado por Parfondry..... De hecho el acometer las obras como señalaba Parfondry hubiera sido un trabajo menor, pues con pocos medios se habría mejorado el sistema de defensa promovido por los propios calpinos que ya se había probado insuficiente.

 

                                Mercurio histórico y político, Tome 168, Imprenta Real, Madrid, 1762, p. 105 et 106

 

Teniendo el Rey presente fu prometa de atender a los cuerpos de artillería, e ingenieros con iguales gracias a las cue fe sirvió repartir a otros….Han ascendido 26 a tenientes, e ingenieros extraordinarios, y 17 cadetes a subtenientes, e ingenieros delincandores. También ha concedido S.M. grados de coroneles….., y de tenientes coroneles a los ingenieros ordinarios: D. Phelipê de Rueda, D. Alexandra Taramas, D. Diego Parfondri, y D. Bernardo Macmahon.

                              

Don Diego PARFONDRI a été marié à Maria Luisa de ARRIOLA y del FRAGO12, descendante d’une vielle famille aristocratique, originaire d’Elgoibar dans le pays basque. Il est décédé à Barcelone en 1773. Ayant eu des enfants, on peut penser que ce nom se soit perpétué au moins sur une descendance.

 

La mention suivante indique effectivement de l’existence d’un autre personnage. La date de référence de 1794 et le grade de lieutenant attestent que l’on ne peut confondre malgré la similitude du nom. ( N.B. : Pour rappel, le premier était lieutenant colonel). Il doit s’agir probablement d’un fils qui a poursuivi la carrière militaire de son père 

                         

Mercurio de Espana, Tome II Imprenta Real, Madrid, 1797, p. 384-386

Glorioso dia para las armes del Rey. La guarnición del valle de Aran11, reforzada con 30 hombres, ha atacando hoy los alturas de los puertos de Viella, Pau de Toro, y Rius con la major obstinación. El fuego ha principiado a las 6 de la mañana, y ha durado hasta las 2 de la tarde…. Durante toda la acción he tenido a mi inmediación al Comandante de este hospital el Sargento major de Voluntarios…. Asimismo…., los oficiales agregados los Tenientes D. Diego Parfondri, y D. Manuel Campos……

 

Et la phrase extraite ci-après atteste que le nom continuait d’exister plusieurs décennies plus tard, sans avoir de certitudes cependant quant au lien généalogique.

 

                En noviembre de 1821, un proyecto de reglamentación, elaborado por dr. Parfondry, regulaba la proporción de materias en los ejercicios de los actuantes……13

 
            Cette lignée n’y est plus localisé de nos jours, sachant que la lignée des Parfonry, vivant à Séville, n'est en rien reliée à cette présence antérieure de Don Diego Parfondri.

1 http://www.ingenierosdelrey.com/01_06_siglo18.htm ; Portant le numéro 234 au niveau de la liste des 975 ingénieurs identifiés, on peut extrapoler son année de diplôme à partir de certaines données plus précises (n° 201 en 1726 et n° 271 en 1735) ;

2 On entend dans cette appellation une origine en provenance des Pays-Bas espagnols pouvant intégrer la Principauté de Liège ;

3 GALLAND-SEGULA Martine (2008) : Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803, Bibliothèque de la Casa de Velasquez, Ciudad Universitaria 28040 Madrid, Vol. 40 ;

4 HASQUIN Hervé (1999) : La Wallonie, son histoire, Bruxelles, Ed. Luc Pire, p. 76 ;

5 Las condiciones materiales de la vida privada de los Ingenieros Militares en España en el Siglo XVIII ; Las bibliotecas de los ingenieros ; source : Archivo Général Militar de Segovia ;

6 Mercurio histórico y político, Tome 168, Imprenta Real, Madrid, 1762, p. 106 ;

7 Au niveau de tout l’inventaire des livres, la Belgique était le troisième pays, après l’Espagne et la France, d’édition des livres répertoriés ;

8 GARCIA Marie-Hélène : Les bibliothèques de militaires espagnols au XVIIIème siècle ;

11 Valle de Aran (Val d’Aran) : vallée dans les Pyrénées catalanes, frontière entre la France et l’Espagne et entre plusieurs régions historiques (Gascogne, Languedoc, Catalogne et Aragon) ;

12 Site : Familia ARRIOLA. Historia et genealógica - 7ème génération ; Fille du Capitaine Don Diego de ARRIOLA y Diaz Roman (1722-1782) et de Dona Juana del FRAGO ;

13 Aulas y saberes. VI congreso internacional de historia de las universidades hispanicas (Valencia, 1999), Vol. 1, Université de Valence, 2003 ;

Partager cet article

Repost 0

commentaires